Curriculum vitae

Mesplé-Somps Sandrine

Chargé de recherche IRD

mespleping@dial.prdpong.fr
Site web personnel

Publications

Articles

Chauvet L., Gubert F., Mercier M., Mesplé-Somps S. (2015), Migrants' Home Town Associations and Local Development in Mali, Scandinavian Journal of Economics, 117, 2, p. 686-722

Nous analysons l'impact des associations de migrants (AM) de Maliens vivant en France sur la disponibilité en biens publics au Mali. Pour ce faire, nous avons constitué une base originale de données qui recense l'ensemble des AM maliennes enregistrées au Journal Officiel français depuis 1981 et qui géo-référence leurs lieux d'intervention. Cette base est couplée avec quatre recensements exhaustifs qui permettent de connaître la disponibilité en biens publics de chaque village malien de 1976 à 2009. En mettant en oeuvre une estimation en double différences, nous montrons que les AM maliennes ont significativement contribué à l'augmentation du nombre d'écoles, de centres de santé et d'adduction d'eau sur la période 1987-2009. Plus précisément, on observe que la différence entre le groupe de villages traités et le groupe de contrôle concernant l'adduction en eau est dû à des investissements menés durant la seconde période (1998-2009) tandis que les financements des AM concernant les écoles et les centres de santé ont eu lieu tout au long de la période 1987-2009.

This paper explores the impact of Malian migrants' Home Town Associations (HTAs) located in France on the provision of local public goods in Mali. To this end, we compute an original dataset on all the HTAs that have been created by Malian migrants in France since 1981 and geo-localize their interventions on the Malian territory. Thanks to four waves of Malian census, we also build a panel dataset on the provision of a range of public goods in all Malian villages over the 1976-2009 period. These two sources of data allow us to implement a difference-in-differences strategy, and to compare villages with and without an HTA, before and after HTAs developed their activity in Mali. We find that Malian HTAs have significantly contributed to improve the provision of schools, health centers and water amenities over the 1987-2009 period. When looking at the timing of the treatment, we observe that the difference between treated and control villages in terms of water amenities is mainly driven by the second period of observation (1998-2009), while schools and health centers exhibit significant differences during the whole period.

Cogneau D., Mesplé-Somps S., Spielvogel G. (2015), Development at the border: policies and national integration in Côte d'Ivoire and its neighbors, The World Bank economic review, 29, 1, p. 41-71

By applying regression discontinuity designs to a set of household surveys from the 1980-90s, we examine whether Côte d'Ivoire's aggregate wealth was translated at the borders ofneighboring countries. At the border of Ghana and at the end of the 1980s, large discontinuities aredetected for consumption, child stunting, and access to electricity and safe water. Border discontinuities in consumption can be explained by differences in cash crop policies (cocoa andcoffee). When these policies converged in the 1990s, the only differences that persisted were thosein rural facilities. In the North, cash crop (cotton) income again made a difference for consumptionand nutrition (the case of Mali). On the one hand, large differences in welfare can hold at the borders dividing African countries despite their assumed porosity. On the other hand, borderdiscontinuities seem to reflect the impact of reversible public policies rather than intangibleinstitutional traits.

De Vreyer P., Guilbert N., Mesplé-Somps S. (2015), Impact of Natural Disasters on Education Outcomes: Evidence from the 1987-1989 Locust Plague in Mali, Journal of African Economies, 24, 1, p. 57-100

This paper estimates the long-run impact of a large income shock based on regional variations in the 1987-89 locust plague in Mali. We take comprehensive population census data to construct birth cohorts of individuals and compare those born and living in the years and villages affected by locust plagues with other cohorts. We find a clear, strong impact on the educational outcomes of children living in rural areas, but no impact at all on children living in urban areas. School enrolment by boys born or lessthan four at the time of shock is found to be affected. School enrolmentbyboysbornin1987-88,themaininfestationyears,isfoundtobehardesthitby theplagues.However,although theimpact onschoolenrolment figuresisgreaterfor boys than girls, the educational attainments of girls attending school and living in ruralareasareharderhitthantheboys.Ourcontrolsforindividuals'potentiallyselective migration behaviour and for differences in school infrastructures do nothing to change our results. Our findings are also robust to controls for age misreporting and variations in the cohort cut-off point.

Bernard C., Chauvet L., Gubert F., Mercier M., Mesplé-Somps S. (2014), Malian Migrants' Home Town Associations: Insights from Two Original Surveys, Revue Européenne des Migrations Internationales, 30, 3 et 4, p. 109-137

Cet article présente deux dispositifs originaux decollecte de données sur les associations de migrants maliens présentes en France et dans le reste du monde : le premier s'est attaché àrecenser les associations de migrants maliens déclarées en France et à identifier leurs terrains d'intervention au Mali. Le second s'est greffé à une enquête nationale représentative réalisée en 2011 au Mali, et a consisté en l'ajout d'un module recensant l'ensemble des associations de ressortissants intervenant dans les communes et villages enquêtés. Ces deux dispositifs complémentaires confirment la propension élevée des Maliens de la région de Kayes à migrer et à se regrouper en association.Ils montrent également que ce fort engagement associatif n'est pas exclusif aux migrants originaires de la région de Kayes et résidant en France : les Maliens de France originaires d'autres régions, notamment Koulikoroet Mopti, sont eux aussi à l'origine de la création de nombreuses associations, tout comme les Maliens résidant dans d'autres pays.

This article presents two original datasets on Malian Migrants' Home TownAssociations (HTAs) located in France and in the rest of the world. The first is a census of the HTAs declared in the French Journal Officiel that provides detailed information on their area of intervention in Mali. The second is a representative survey implemented in Mali in 2011 that collected exhaustive information on abroad-based HTAs intervening in each commune and village of the sample. These two complementary datasets confirm that Malians coming from the region of Kayes are strongly prone to gather in HTAs, notably in France. They also show that this propensity to create HTAs is not exclusive to these migrants. A lot of HTAs were created by Malians coming from the regions of Koulikoro and Mopti, in France as well as in other destination countries.

Chauvet L., Gubert F., Mesplé-Somps S. (2013), Aid, Remittances, Medical Brain Drain and Child Mortality: Evidence Using Inter and Intra-Country Data., The Journal of Development Studies, 49, 6, p. 801-818

This article analyses the respective impact of aid, remittances and medical brain drain (MBD) on child mortality using panel and cross-country quintile-level data on respectively 84 and 46 developing countries. Our results show that remittances reduce child mortality while MBD increases it. Health aid also significantly reduces child mortality but its impact is less robust than the impact of remittances. Remittances seem to be more effective in reducing mortality for children belonging to households from the upper classes, whereas neither a pro-poor nor anti-poor effect is found for health aid.

, The "Battles" of Paris and New York, an Analysis of the Transnational Electoral Behaviour of Senegalese Immigrants in France and the United States, Revue française de Science politique, 63, 5, p. 865-892

La plupart des États ont, ces dernières années, octroyé la double nationalité et la double citoyenneté à leurs ressortissants établis à l'étranger. Cet article mobilise les données issues d'une enquête multisituée originale réalisée en France et aux États-Unis lors du premier tour de l'élection présidentielle sénégalaise de 2012 pour analyser le comportement électoral des migrants sénégalais et les transferts sociaux entre pays d'accueil et d'origine. Nos résultats mettent en évidence la forte participation électorale des migrants, tant pour les élections de leur pays d'origine que pour celles de leur pays d'accueil pour ceux ayant la double nationalité, et l'importance des transferts sociaux entre les deux espaces qui se traduisent notamment par des consignes de vote dont l'influence s'exerce de manière prépondérante en direction du pays d'origine.

Dual nationality and citizenship, and external voting rights have been granted by a majority of countries for the last years. This article uses original data collected through a multi-sited survey among Senegalese migrants living in France and in the United States during the first round of Senegal's 2012 presidential election to analyse the electoral behaviour of Senegalese migrants and social remittances between destination and origin countries. Senegalese migrants are found to be strongly associated with high level of electoral participation not only in their origin country but also in their host country for those having dual citizenship. Our data also reveal a large range of social remittances between destination and origin countries, which translate into voting recommendations that exert strong influence when they come from the migrants.

Mesplé-Somps S., Pasquier-Doumer L. (2011), Emploi et santé dans un quartier périphérique de Djibouti : analyse de l'enquête de référence pour évaluer l'impact d'un projet de développement urbain intégré à Balbala1, Statéco, 106, p. 31-44

En vue d'évaluer l'impact d'un projet de développement urbain intégré à Djibouti, uneenquête de référence a été conduite en 2010 afin de connaître les conditions de vie des ménages avant le lancement du projet. Cet article présente les premiers résultats de cette enquête dans les domaines de l'emploi et de la santé. Il apparaît que le marché du travail présente de très forts déséquilibres puisque seulement 24 % de la population exercent une activité professionnelle. L'inactivité et le chômage touchent principalementles jeunes et les femmes. En revanche, l'accès à la santé est dans ces quartiers, meilleur que ce qui était envisagé au moment de la conception du projet.

Gubert F., Lassourd T., Mesplé-Somps S. (2010), Transferts de fonds des migrants, pauvreté et inégalités au Mali.Analyse à partir de trois scénarios contrefactuels, Revue Economique, 61, 6, p. 1023-1050

Cet article examine l'impact distributif des transferts des migrants au Mali, à partir de l'enquête sur les niveaux de vie elim 2006. Nous construisons différents scénarios contrefactuels qui corrigent du biais de sélection des ménages avec migrants. Nous montrons que les transferts des migrants internationaux réduisent la pauvreté de 5 à 11 % au niveau national et l'indice de Gini d'environ 5 %. Les ménages appartenant aux quintiles les plus pauvres apparaissent plus dépendants des transferts pour assurer leur consommation du fait de dotations en capital physique et humain insuffisantes pour leur permettre d'accéder à d'autres sources de revenu.

Using a 2006 household survey in Mali, we compare current poverty rates and inequality levels with counterfactual ones in the absence of migration and remittances. With proper hypotheses on migrants and a selection model, we are able to impute a counterfactual income for households currently receiving remittances. We show that remittances reduce poverty rates by 5% to 11% and the Gini coefficient by about 5%. Households in the bottom quintiles are more dependent on remittances, which are less substitutable by additional workforce.

Guénard C., Mesplé-Somps S. (2010), Measuring inequalities: do household surveys paint a realistic picture?, The Review of Income and Wealth, 56, 3, p. 519-538

The paper addresses the issue of the accuracy of standard-of-living measurements using household survey data. First, it highlights the fact that lighter data collection processes in some developing countries have added to measurement errors in consumption and income aggregates measurement errors. The paper reasserts the need to apply reference guidelines to the measurement of household consumption in order to compute comparable distribution indicators across countries and over time. Second, it contends that it is hard to analyze inequality solely from consumption patterns without taking income and savings into account. Two solutions are proposed for the correction of income measurement errors: by using savings declarations and by implementing a multiple imputation procedure. The results are based on a careful analysis of the EPM93 survey of Madagascar whose design is quite close to the LSMS household surveys, and the ENV98 survey of Côte d'Ivoire representative of surveys conducted nowadays in most Sub-Saharan African countries.

Chauvet L., Gubert F., Mesplé-Somps S. (2009), Les transferts des migrants sont-ils plus efficaces que l'aide pour améliorer la santé des enfants ? Une évaluation économétrique sur des données inter et intra-pays, Revue d'économie du développement, 23, 4, p. 41-80

Cet article analyse l'impact respectif de l'aide publique au développement et des envois de fonds des migrants sur le développement humain mesuré par les taux de mortalité infantile et infanto-juvénile. Il mobilise pour ce faire des données de panel portant sur un échantillon de 109 pays en développement ainsi que des données désagrégées par quintile de revenu portant sur un échantillon de 47 pays en développement. Outre l'évaluation de l'impact des transferts et de l'aide sur la réduction de la mortalité infantile et infanto-juvénile, cet article examine deux autres questions : quel est l'effet net de la migration une fois pris en compte l'effet de la migration des personnels de santé ? Quel est l'impact de l'aide et des transferts sur les disparités intra-pays en matière de mortalité infantile ? Nos résultats tendent à montrer que les transferts des migrants réduisent significativement le taux de mortalité des enfants et que l'impact de l'aide publique est non linéaire, cette dernière étant plus efficace dans les pays les plus pauvres. En revanche, la migration des personnels de santé apparaît particulièrement dommageable pour les performances en matière de santé de ces pays. L'effet net de la migration sur le taux de mortalité des enfants s'en trouve donc réduit. Enfin, les transferts des migrants semblent davantage réduire la mortalité des enfants des ménages appartenant aux quintiles les plus riches, alors qu'aucun effet pro-pauvre ou pro-riche de l'aide n'est décelé.

The objective of the paper is to analyze the respective impact of aid and remittances on human development as measured by infant and child mortality rates. Panel data on a sample of 109 developing countries, and cross-country quintile-level data on a sample of 47 developing countries are alternatively used. In addition to assessing the extent to which health aid and remittances contribute to reduce child health disparities between countries, the paper addresses two other questions. What is the net effect of migration when the brain drain of health workers is accounted for? What is the effective impact of aid and remittances on intra-country child health disparities? Our results tend to show that remittances significantly improve child health and that the impact of health aid is non-linear, suggesting that aid to the health sector is more effective in the poorest countries. By contrast, medical brain drain, as measured by the expatriation rate of physicians, is found to have a harmful impact on health outcomes. The net impact of migration on human development is therefore mitigated. Last, remittances seem to be much more effective in improving health outcomes for children belonging to the richest households, whereas neither pro-poor nor anti-poor effect is found for health aid.

Guénard C., Mesplé-Somps S. (2007), Mesurer les niveaux de vie : que captent réellement les enquêtes ? Discussions et illustration à partir de deux enquêtes ivoirienne et malgache, Statéco, 101, p. 29-51

Cet article fait un point technique et méthodologique sur les écarts entre agrégats issus des comptes nationaux et des enquêtes auprès des ménages, tant en niveau absolu qu'en évolution, pour la mesure de la consommation et du revenu des ménages, etcorrélativement celle de la pauvreté et des inégalités. Cette importante question desdivergences entre enquêtes et comptes est à la base d'un débat bien inattendu del'économie du développement qui est tout d'abord rappelé, puis ses différentsconstituants sont analysés en s'appuyant sur les données de deux pays francophones(Madagascar et la Côte d'Ivoire) où sont simultanément étudiés une enquête ménage et les comptes nationaux correspondants. En conclusion un certain nombre d'éléments sensibles sont soulignés avec en particulier l'importance de la prise en compte des écarts de prix régionaux, des sous déclarations, des populations expatriées parfois exclues desbases de sondage. Au total les auteurs militent pour une initiative internationale deconcertation des protocoles d'enquêtes et la mise en place de grilles d'évaluation de la qualité des données.

Mesplé-Somps S., Chauvet L. (2007), Impact des financements internationaux sur les inégalités des pays en développement, Revue économique, 58, 3, p. 735-744

Nous proposons une analyse économétrique de l'impact sur la distribution des revenus de quatre sources de flux de financements internationaux : les échanges commerciaux, les investissements directs étrangers (IDE), l'aide publique et les transferts des migrants. Nos estimations suggèrent que les IDE augmentent les inégalités, à l'opposé des transferts des migrants. L'ouverture semble être favorable aux populations pauvres dans les pays à revenu intermédiaire, tandis que l'aide est favorable aux classes moyennes dans les pays démocratiques. Des simulations suggèrent qu'en moyenne le fort impact négatif des IDE sur les inégalités n'est pas totalement compensé par l'influence plutôt égalitaire des trois autres sources de financement. De plus, les pays africains semblent se distinguer en ce qui concerne l'impact distributif des flux commerciaux et d'aide.

We propose an econometric analysis of the distributive impact of trade flows, foreign direct investment (FDI), official aid and migrants' remittances. Results suggest that FDI increases inequality, while remittances tend to reduce inequality. Trade and aid have a non-linear relationship with income distribution: trade favours the poorest in middle income countries while aid favours the middle class in democracies. Simulations suggest that, on average, the highly adverse impact on distribution of FDI is not compensated by the other three sources of financing. Moreover, African countries show a different pattern of distributional impact of trade and aid.

Guénard C., Mesplé-Somps S. (2007), Mesurer les inégalités : que captent réellement les enquêtes ? Analyse de deux enquêtes ivoirienne et malgache, Stateco, 101, p. 29-51

Outre les choix méthodologiques effectués en amont du calcul des agrégats de consommation et de revenu et le non apurement des fichiers de base, plusieurs sources de biais conditionnent la mesure des niveaux de vie et leur distribution. Dans la présente étude appliquée à deux enquêtes malgache et ivoirienne, ces biais ont été identifiés en effectuant plusieurs scénarios de calculs des agrégats de niveau de vie, en analysant la cohérence interne des enquêtes et en confrontant les données d'enquêtes avec d'autres sources de données (comptes nationaux et balances des paiements). Les questions de méthode n'ont finalement pas de grandes incidences, à l'exception de la prise en compte ou non des prix régionaux. Les biais de sous-déclaration, bien qu'importants ne sont pas aisés à redresser, notamment par la méthode d'imputation multiple. Cependant, on montre que les niveaux de revenu moyens dans les deux enquêtes étudiées semblent sous-évalués de 15 à 50 %. Les différentes corrections amènent les niveaux d'inégalité des deux pays vers des niveaux similaires à ceux des pays les plus inégalitaires tels que le Brésil.

Apart from the fact that methodological choices influence the measurement of standard of living and its distribution, it is well known that several measurement errors bias also household survey data: errors of sampling, unit non- response, items non-response and selective observation. The aim of this work is to detect carefully all these bias in two household survey data (EPM93 Malagasy survey an ENV98 Ivorian survey) and to try to correct them. The analysis of the measurement errors has been done, firstly by checking the consistency between consumption and income information, and secondly by confronting household data with others sources of data like National Accounts and the Balance of Payments data. Several adjustments are proposed. It seems that standard of living are under estimated up to 15 % and 50 % and that inequality levels in both countries are nearer to level of countries like Brazil than it is said by standard evaluation.

Amprou J., Djoufelkit-Cottenet H., Hugounenq R., Mesplé-Somps S., Raffinot M. (2007), Introduction thématique : Réformes des finances publiques africaines et nouveaux dispositifs de l'aide et d'allègement de la dette : risques et opportunités, Afrique contemporaine, 3-4, 223-224, p. 27-34

Mesplé-Somps S. (2007), Sacrifie-t-on au nom de la croissance la lutte contre la pauvreté ? Discussion sur la croissance pro-pauvres au Sénégal, Statéco, 101, p. 7-17

Les autorités sénégalaises ont adopté un programme de lutte contre la pauvreté avec le soutien des institutions de Bretton Woods depuis 2002. Afin de tenter d'atteindre lesobjectifs de réduction de la pauvreté qui ont été fixés par les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), elles ont lancé en 2004 un programme de relance de lacroissance. Cet article discute de cette nouvelle stratégie de croissance et analyse de quelle manière elle est en mesure ou non de répondre aux objectifs de réduction de la pauvreté. On montre que les secteurs ciblés par le programme de croissance accéléréeainsi que les politiques choisies de soutien aux firmes multinationales ne sontprobablement pas assez favorables à l'emploi ni à la réduction de la pauvreté dans un horizon de moyen terme. Le programme est une vision d'une croissance macroéconomiqueportée par des secteurs, potentiellement dynamiques mais peu générateursde revenus du travail. Cette croissance est cependant voulue suffisamment élevée pour réduire la pauvreté. Tandis que ses fondements ne sont pas orientés vers une croissance pro-pauvres, aucun outil de redistribution de cette croissance vers les plus démunis n'est proposé.

Cogneau D., Mesplé-Somps S., Roubaud F. (2003), Côte d'Ivoire : histoires de la crise, Afrique contemporaine, 2, 206, p. 5-12

Cogneau D., Mesplé-Somps S. (2003), Les illusions perdues de l'économie ivoirienne et la crise politique, Afrique contemporaine, 2, 206, p. 87-104

La crise que connaît actuellement la Côte d'Ivoire est d'abord une crise politique. Cependant, l'article montre que la période 1994-1998 a donné des opportunités réelles de refonte du système économique ivoirien. Or les principaux problèmes structurels qui, spécifiques ou non, contraignent la croissance économique et sa répartition n'ont pas été abordés. C'est ainsi que les réformes n'ont pas répondu à l'extension de la pauvreté et des inégalités, à l'explosion de l'épidémie du SIDA, et aux tensions foncières. Les frustrations sociales se sont alors cristallisées dans des réflexes ethniques ou xénophobes.

The present crisis in Cote d'Ivoire is firstly political. However, this paper argues that the 1994-98 post-devaluation period raised a real opportunity of beginning an in-depth reform process of the economic system. This opportunity was not seized. For instance, the reforms did not succeed at significantly reducing poverty. They did not either address the outburst of AIDS epidemic and failed altogether to resolve land conflicts. Since 1998, increasing inequality and social problems have in fact undermined the legitimacy of the Ivorian government.

Guénard C., Grimm M., Mesplé-Somps S. (2002), What has happened to the urban population in Côte d'Ivoire since the eighties? An analysis of monetary poverty and deprivation over 15 years of household data, World Development, 30, 6, p. 1073-1095

L'objet de ce travail est d'étudier l'évolution de la pauvreté urbaine en Côte d'Ivoire depuis lesannées 1980. On s'attache à rendre compte de plusieurs dimensions de la pauvreté, à vérifier, pardes techniques de la dominance, la robustesse des tendances observées et à estimer de manièreéconométrique les déterminants des différentes formes de pauvreté. On montre que la pauvreté deconditions d'existence peut adopter une dynamique différente de celle de la pauvreté monétaire. Sans équivoque, la pauvreté monétaire, après avoir véritablement explosé entre 1985 et 1993, asensiblement augmenté dans les centres urbains ivoiriens malgré le retour de la croissance. Uneapproche examinant les conditions d'existence et les capacités des ménages montre, sur la périodede croissance, une tendance inverse.

This article investigates the evolution of urban poverty in its various dimensions in Côte d'Ivoiresince the eighties. The robustness of the results is checked using dominance criteria. Aneconometric analysis of the determinants of poverty complements the analysis. The study showsthat the dynamic of poverty in terms of existence conditions can significantly differ from that ofmonetary poverty. As was the case in the eighties, monetary poverty increased strongly in thenineties in spite of a return to sustained growth following the devaluation of the CFA Franc. Poverty in terms of existence conditions raised less before the adjustment and even decreasedafterwards.

Chapitres d'ouvrage

Cogneau D., Houngbedji K., Mesplé-Somps S. (2016), The fall of the elephant. Two decades of poverty increase in Côte d'Ivoire (1988-2008), in Arndt C. (eds), Growth and Poverty in Sub-Saharan Africa, Oxford university press, p. 318-342

At the end of the 1980s, Côte d'Ivoire entered a deep macroeconomic crisis that put an end to the often-praised 'Ivorian miracle'. After the death of the founding father Houphouet-Boigny, unrestrained political competition added to bad economic conditions and led to the nightmare of civil war. Drawing from a series of five household surveys covering two decades(1988-2008), we tell the story of this descent into hell from the standpoint of poverty and living standards. In 2008, after five years of civil war and another episode yet to come (2010-11), theextreme US$1.25 poverty headcount had reached a historical record, with Northern areas deeplyimpoverished by the partition.

Mesplé-Somps S., Robilliard A-S., Doumbia Gakou A. (2014), Urbanisation et ségrégation spatiale à Bamako, in Konaté D., Charmes J., Brunet-Jailly J. (dir.), Le Mali contemporain, Bamako, Editions Tombouctou, p. 581-612

Le Mali contemporain ? Il est bien différent des images que les médias diffusent ! La société malienne a considérablement évolué depuis l'indépendance, les jeunes y sont beaucoup plus nombreux et mieux informés, les femmes plus actives. Mais les changements qui ont marqué notamment la gouvernance et la situation économique paraissent décalés au regard des nouvelles contraintes, attentes et exigences liées à ces mutations. Comment cette société, dans sa diversité, pense-t-elle et s'engage-t-elle dans la modernité ? Voilà le sujet de ce livre. Une cinquantaine de chercheurs en sciences sociales, dans le cadre d'une collaboration franco-malienne, ont travaillé sur le Mali contemporain dans la période qui a immédiatement précédé la crise (2007-2012). Ils se sont principalement intéressés à la vie politique dans les communes et quartiers, à la réalité de la décentralisation, à l'image que l'État en action donne de lui, au fait religieux dans ses manifestations et ses tendances lourdes, mais aussi aux divers aspects de la migration, et enfin et surtout à la place des jeunes dans la société. Le tableau qui se dégage de leurs observations est sans complaisance : faire évoluer positivement la situation actuelle de la société malienne est un défi pour les décideurs et l'ensemble de la population ; et pour y parvenir, il est impérieux d'ébranler les pesanteurs, blocages, et faux-fuyants qui ont conduit le pays au bord du gouffre.

Mesplé-Somps S., Selod H., Spielvogel G., Blankespoor B. (2014), Urbanisation et croissance dans les villes du Mali, in Brunet-Jailly J., Charmes J., Konaté D. (dir.), Le Mali contemporain, Bamako, Editions Tombouctou, p. 545-580

Mesplé-Somps S., Gubert F., Chauvet L., Mesplé-Somps S. (2013), Transferts migratoires et démocratisation, in GONIN P., KOTLOK N., PÉROUSE DE MONTCLOS M-A. (dir.), La tragédie malienne, Paris, Vendémiaire, p. 227-241

Robilliard A-S., Mesplé-Somps S. (2013), Croissance partagée ? Evolution de l'emploi et des indicateurs de pauvreté non monétaires au Sénégal, 2001-2005, in Momar-Coumba Diop . (dir.), Sénégal (2000-2012). Les institutions et politiques publiques à l'épreuve d'une gouvernance libérale, Paris, Karthala, p. 269-294

A l'instar de nombreux pays africains, les politiques publiques de développement du Sénégal s'inscrivent, depuis le début des années 2000, dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) de lutte contre la pauvreté.

Merceron S., Mesplé-Somps S., Pasquier-Doumer L. (2011), Quelle stratégie déchantillonnage pour évaluer l'impact d'un projet d'urbanisation dans un bidonville de Djibouti ?, in Tremblay M-E. (dir.), Pratiques et méthodes de sondage, p. 382

Chauvet L., Gubert F., Mesplé-Somps S. (2010), Are Remittances More Effective Than Aid to Reduce Child Mortality? An Empirical Assessment Using Inter and Intra-Country Data, in Yifu Lin J. (eds), Annual World Bank Conference on Development Economics 2009, Global, p. 472

Mesplé-Somps S. (2010), Le nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) : Trois éléments de critique, in Raffinot M. (dir.), Gouvernance et appropriation locale du développement : au-delà des modèles importés, p. 87-106

De Vreyer P., Herrera J., Mesplé-Somps S. (2009), Consumption Growth and Spatial Poverty Traps: An Analysis of the Effect of Social Services and Community Infrastructures on Living Standards in Rural Peru, in Stefan Klasen and Felicitas Nowak-Lehman . (eds), Poverty, Inequality and Policy in Latin America, Cambridge (Mass), MIT Press, p. 129-158

Why are there areas with persistenly low levels of income or consumption? This could result from the concentration of households with a low capital endowment or from variations in households' environment. Peru is a country with a very much fragmented topography and climate, that combines dry deserts, high mountains and rain forest. One important question is to assess the weight of the geographic endowment in the growth process. If differences in geographic endowment matter more than those in households' characteristics, then encouraging migration to better endowed regions might be a good development policy whereas, in the opposite, it might be better to invest in households' capital. Of course several factors, either geographic or not, can combine to explain persistent poverty in a given area. In this chapter we test the effect of local geographic endowment of capital on household growth in living standards in rural Peru, using a four years unbalanced panel data set. Our theoretical model of household consumption growth allows for the effect of community variables to modify the returns to augmented capital in the household production function. Three different sources of data are used: the ENAHO 1997-2000 households surveys, the population census of 1993 and the district infrastructure census of 1997. Altogether the addition of these different data sources makes an unusually rich data set, at least when considered with developing country standards. As in Jalan and Ravallion (2002), we use a quasi-differencing method to identify the impact of locally determined geographic and socioeconomic variables, while removing unobserved household and community level fixed effects. GMM are then used to estimate the model parameters. Several significant interesting results appear, showing that private consumption growth depends on local geographic variables, but more on local endowments of private and public assets than on pure geographic characteristics. This suggests to combine policies focused on private and public asset endowments that will reinforce local positive externalities, with infrastructure investments that will help poor households to take advantage of growth opportunities, offered by more dynamic markets across local communities.

Cogneau D., Mesplé-Somps S. (2008), Inequality of Opportunity for Income in Five Countries of Africa, in Zheng B., Bishop J. (eds), Inequality and Opportunity: Papers from the Second ECINEQ Society Meeting, Emerald, p. 99-128

Ce papier analyse, pour la première fois en Afrique, les inégalités de chance en termes de revenu. Cinq pays sont étudiés, à savoir la Côte d'Ivoire, le Ghana, la Guinée, Madagascar et l'Ouganda à partir d'enquêtes représentatives au niveau national contenant des informations sur les origines sociales de chaque individu. Nous calculons les différents indices d'inégalités de chance proposés par la littérature et nous proposons une décomposition des différences d'inégalités de chance entre pays. Cette décomposition distingue les influences respectives des différences dans la mobilité sociale intergénérationnelle, dans la structure de l'éducation et des professions et enfin dans les échelles de rémunération. Il apparaît que parmi les cinq pays étudiés, le Ghana en 1988 est le pays dans lequel l'inégalité de revenu entre origines sociales est la plus faible, tandis que c'est à Madagascar en 1993 qu'elle est la plus élevée. Les positions intermédiaires respectives du Ghana en 1998, de la Côte d'Ivoire en 1985-88, de la Guinée en 1994 et de l'Ouganda en 1992 ne peuvent pas être classées de manière robuste. L'inégalité des chances en termes de revenu semble plus corrélée avec l'inégalité de revenu globale qu'avec le niveau de revenu moyen par tête. La décomposition des inégalités de chances montre que la mobilité intergénérationnelle est plus élevée dans les deux anciennes colonies britanniques (le Ghana et l'Ouganda) que dans les trois anciennes colonies françaises. De plus, le Ghana se distingue des quatre autres pays par une plus large diffusion de l'enseignement primaire et secondaire, des rendements bas de l'éducation, et un faible dualisme entre le secteur agricole et les autres secteurs. Il n'en demeure pas moins que le fait d'être né au Nord du pays diminue fortement les opportunités de revenu, de même qu'en Côte d'Ivoire.

This paper examines for the first time inequality of opportunity for income in Africa, by analyzing large-sample surveys, all providing information on individuals' parental background, in five comparable Sub-Saharan countries: Ivory Coast, Ghana, Guinea, Madagascar and Uganda. We compute inequality of opportunity indexes in keeping with the main proposals in the literature, and propose a decomposition of between-country differences that distinguishes the respective impacts of intergenerational mobility between social origins and positions, of the distribution of education and occupations, and of the earnings structure. Among our five countries, Ghana in 1988 has by far the lowest income inequality between individuals of different social origins, while Madagascar in 1993 displays the highest inequality of opportunity from the same point of view. Ghana in 1998, Ivory Coast in 1985-88, Guinea in 1994 and Uganda in 1992 stand in-between and can not be ranked without ambiguity. Inequality of opportunity for income seems to correlate with overall income inequality more than with national average income. Decompositions reveal that the two former British colonies (Ghana and Uganda) share a much higher intergenerational educational and occupational mobility than the three former French colonies. Further, Ghana distinguishes itself from the four other countries, because of the combination of widespread secondary schooling, low returns to education and low income dualism against agriculture. Nevertheless, it displays marked regional inequality insofar as being born in the Northern part of this country produces a significant restriction of income opportunities.

Communications

Gubert F., Mesplé-Somps S., Mercier M., Chauvet L. (2013), Migrants' Home Town Associations and Local Development in Mali, 12th journées Louis-André Gérard-Varet, Aix en Provence, FRANCE

This paper assesses the impact of migrants' Home Town Associations (HTAs) locatedin France on the provision of local public goods in Mali. To this end, we computed adataset on all the HTAs that have been created by Malian migrants in France since 1981and geo-localised their interventions on the Malian territory. Thanks to Malian census data, we also built a panel dataset informing the provision of a range of public goods in all the Malian localities over the 1976-2009 period. These two sources of data allow us to implement a double di erence strategy, and to compare localities with and without an HTA, before and after its creation. We not only assess whether "having an HTA"makes a di erence in terms of local development, but also whether the intensity of thetreatment as measured by the number of HTAs intervening in each locality or the numberof year under treatment leads to di erentiated impacts. We nd that Malian HTAs havesigni cantly contributed to improve the provision of water amenities (mainly fountains), health centers and electricity connection over the 1987-2009 period. The impact is found to be stronger when the focus is on the earlier period (before 1998).

Cogneau D., Mesplé-Somps S., Houngbedji K. (2013), The fall of the elephant. Two decades of poverty increase in Côte d'Ivoire (1988 - 2008), PEGNet Conference 2013: "How to Shape Environmentally and Socially Sustainable Economies in the Developing World - Global, Regional, and Local Solutions", Copenhagen, DENMARK

At the end of 1980s, Côte d'Ivoire entered a deep macroeconomic crisis that put an end to the often praised "Ivorian miracle". After the death of the founding father Houphouët-Boigny, unrestrained political competition added to bad economic conditions and led to the nightmare of civil war. Drawing from a series of five household surveys covering two decades (1988-2008), we tell the story of this descent into hell from the standpoint of poverty and living standards. In 2008, after five years of civil war and another episode yet to come (2010-11), extreme 1.25 USD poverty headcount had reached a historical record in poverty, with northern areas deeply impoverished by the partition

Guilbert N., de Vreyer P., Mesplé-Somps S. (2011), The impact of income shocks on children education: the 1987-1989 locust plague in Mali, DIAL Development Conference - Shocks in Developing Countries, Paris, FRANCE

This paper estimates the long run impact of a large income shock, by exploiting the regional variationof the 1987-1989 locust invasion in Mali. Using exhaustive Population Census data, we construct birthcohorts of individuals and compare those born and living in the years and villages a ected by locustplagues with other cohorts. We assert that in-utero and early childhood exposure to income shock hada larger negative effects on the probability to go to school than later childhood exposure. Indeed, theproportion of boys born during the shock and who later enrolled at school is reduced by 4.9% if theylived in a community invaded by locusts, and by 3.5% for girls. This impact goes up to 6% for boys and5% for girls living in rural areas. Concerning the number of years of education and the probability toachieve primary school, no real impact is found for boys while girls who lived in a community a ected bylocusts have completed between 0.25 and 0.67 lower grades than if they had lived in another community.Finally, we nd that children living in rural localities and belonging to farmer households appear to havebeen much more affected than other children, living in urban localities or belonging to cattle breeder orshopkeeper households.

Gubert F., Mesplé-Somps S., Lessourd T. (2009), Do remittances affect poverty and inequality ? Evidence from Mali, Premier Colloque bi-annuel du GDRI DREEM : " Inégalités et développement dans les pays méditerranéens", Istanbul, TURKEY

Using a 2006 household survey in Mali, we compare current poverty rates and inequality levels with counterfactual ones in the absence of migration and remittances. With proper hypotheses on migrants and a selection model, we are able to impute a counterfactual income for households currently receiving remittances. We show that remittances reduce poverty rates by 5% to 11% and the Gini coefficient by about 5%. Households in the bottom quintiles are more dependent on remittances, which are less substitutable by additional workforce.

Chauvet L., Gubert F., Mesplé-Somps S. (2008), Are Remittances More Effective Than Aid To Improve Child Health? An Empirical Assessment using Inter and Intra-Country Data, Annual Bank Conference on Development Economics, Cape Town, SOUTH AFRICA

The objective of the paper is to analyze the respective impact of aid and remittances onhuman development as measured by infant and child mortality rates and stunting incidence.Panel data on a sample of 98 developing countries, and cross-country quintile-level data on asample of 47 developing countries are alternatively used. In addition to assessing the extentto which health aid and remittances contribute to reduce child health disparities betweencountries, the paper addresses two other questions. What is the net effect of migration whenthe brain drain of health workers is accounted for? What is the effective impact of aid andremittances on intra-country child health disparities? Our results suggest that bothremittances and health aid significantly improve child health outcomes. The impact of healthaid is non-linear, though, suggesting that aid to the health sector is more effective in thepoorest countries. By contrast, medical brain drain, as measured by the expatriation rate ofphysicians, is found to have a harmful impact on health outcomes. The net impact ofmigration on human development is therefore mitigated. Medical brain drain is also found toreduce the effectiveness of health aid. Last, remittances seem to be much more effective in improving health outcomes for children belonging to the richest households, whereas neither pro-poor nor anti-poor effect is found for health aid.

Documents de travail

Diabate I., Mesplé-Somps S. (2014), Female Genital Mutilation And Migration In Mali. Do Migrants Transfer Social Norms?, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 46

Dans cet article, nous examinons dans quelle mesure la migration est un vecteur de transferts denormes sociales en étudiant le lien entre migration et excision au Mali. Alors que l'excision estfortement répandue au Mali, ce pays a une forte tradition migratoire vers les pays limitrophes et lespays du Nord où l'excision est soit moins pratiquée soit sanctionnée par la loi. Nous testonsl'hypothèse que les migrants acquièrent des opinions différentes en la matière dans les pays d'accueiloù l'excision est moins fréquente voire interdite et qu'une fois de retour ils induisent un changementde comportement dans leurs villages d'origine. Nous mobilisons une base originale de données surl'excision des filles de 0 à 14 ans couplée avec des données de recensement qui permettent de mesurerles taux de migration (courante et de retour) des villages de résidence des personnes interrogées etmettons en oeuvre une méthode instrumentale pour contrôler de l'endogénéité de la migration. Nousmontrons que les migrants de retour ont effectivement une influence négative et significative sur lerisque d'excision et que ce résultat provient essentiellement des migrants de Côte d'Ivoire. Nousmontrons également que les adultes vivant dans les villages avec des migrants de retour sont plus enfaveur de la législation contre les mutilations génitales.

In this paper, we investigate how powerful a mechanism migration is in the transmission of socialnorms, taking Mali and Female Genital Mutilation (FGM) as a case study. Mali has a strong FGMculture and a long-standing history of migration. We use an original household-level database coupledwith census data to analyze the extent to which girls living in villages with high rates of returnmigrants are less prone to FGM. Malians migrate predominantly to other African countries wherefemale circumcision is uncommon (e.g. Côte d'Ivoire) and to countries where FGM is totally banned(France and other developed countries) and where anti-FGM information campaigns frequently targetAfrican migrants. Taking a two-step instrumental variable approach to control for the endogeneity ofmigration decisions, we show that return migrants have a negative and significant influence on FGM.We also show that adults living in villages with return migrants are more in favor of legislation againstFGM.

André P., Mesplé-Somps S. (2013), Sitting on the fence: Pork - barrels and democratization under threat of conflict. The case of Ghana, 1996 - 2004, Thema Working Paper, Cergy Pontoise, Université de Cergy Pontoise, 41

This paper studies political competition in the case of a democratization process.We present an illustrative model describing political competition when the opposition threatens the stability of the country. In some cases, our model predicts the government should invest in opposition districts to avoid political agitation. This contrasts withexisting literature on established democracies, where public funds usually target ruling, party supporters or electorally tight districts.We empirically observe the first democratic changeover in Ghana in 2000. Implement-ing a diff-in-diff strategy, we find that districts with a leading political party memberappear to receive slightly more public funds when their party is not in charge. Thisphenomenon is found in urban areas and in areas that vote the most for this leadingmember's party. Hence it occurs in places with the potential for political agitation.

Bernard C., Mesplé-Somps S., Spielvogel G. (2012), Taille des villes, urbanisation et spécialisations économiques ; Une analyse sur micro-données exhaustives des 10 000 localités maliennes, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 61

A partir de données exhaustives des recensements maliens de la population de 1976, 1987 et 1998, cette étude analyse le processus d'urbanisation et de spécialisation économique des 10 000 localités maliennes. Grâce à untravail d'appariement minutieux, rarement entrepris même dans les pays développés, nous constituons un panelde l'ensemble des localités et nous définissons les agglomérations urbaines en fonction de leurs tailles, densitéset contiguïtés. Nous montrons que le Mali est un pays où la concentration des populations s'est opéréeprioritairement à Bamako et dans des petits bourgs ruraux et que son tissu urbain est très peu dense. Laprimatialité du système urbain est alors très élevée. L'analyse de la dynamique de l'emploi révèle que leprocessus d'urbanisation du Mali s'accompagne plutôt d'un processus de dispersion spatiale des emplois.Cependant, on observe que la croissance des emplois des branches secondaire et tertiaire au sein des villes et desbourgs ruraux de plus de 1 000 habitants dépend positivement de la taille des marchés. Les villes maliennes etleurs concentrations d'habitants permettent donc un dynamisme plus important de l'emploi dans les branchesnon agricoles. On observe que les zones d'expansion de la culture du coton sont les zones où la croissancedémographique des localités est plus forte, sans pour autant que cela occasionne un dynamisme plus importantde l'emploi non agricole.

De Vreyer P., Guilbert N., Mesplé-Somps S. (2012), The 1987-1989 Locust Plague in Mali: Evidences of the Heterogeneous Impact of Income Shocks on Education Outcomes, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 48

L'objet de ce travail est d'estimer l'impact à long terme de chocs de revenu à travers l'analyse des effets de l'invasion de criquets qui a eu lieu de 1987 à 1989 au Mali sur différents indicateurs d'éducation. En mobilisant des données exhaustives de recensement de la population, nous construisons des cohortes d'individus selon leur date de naissance et leur lieu de résidence. Nous examinons les écarts de scolarisation des enfants impactés en double différence. Nous montrons un impact fort et significatif du choc sur les enfants des zones rurales et aucun effet sur les enfants des villes. Les enfants nés ou âgés de moins de sept ans lors des invasions de criquets ont des taux de scolarisation inférieurs aux autres. L'impact est à la fois plus fort pour les enfants qui sont nés en 1988 et 1989 c'est-à-dire les années de plus fortes invasions de criquets et pour les garçons. Cependant, parmi les enfants scolarisés, la durée de scolarisation est plus réduite du fait des invasions de criquets pour les filles que pour les garçons. Ces résultats sont maintenus lorsque l'on contrôle du biais potentiel de migration, des différences possibles d'évolution des niveaux d'infrastructures entre villages et lorsque l'on fait varier le seuil des cohortes incluses dans l'échantillon.

This paper estimates the long run impact of a large income shock, by exploiting the regional variationof the 1987-1989 locust invasion in Mali. Using exhaustive Population Census data, we construct birthcohorts of individuals and compare those born and living in the years and villages affected by locustplagues with other cohorts. We find a clear and strong impact on educational outcomes of childrenliving in rural areas but no impact at all on children living in urban areas. School enrollment ofchildren born or aged less than seven years old at the time of shock is found to be impacted. Childrenborn in 1988-1989, the main years of invasion, are those whose school enrollment has been the mostaffected by the plague. The negative impact on school enrollment of boys is higher than for girls, buton the other hand, girls attending school and living in rural areas have a lower level of schoolattainment than boys. Controlling for the potentially selective migration behavior of individuals,differences in educational amenities do not dampen our results. Our results are also robust to differentvariations of the cut-off cohort.

André P., Mesplé-Somps S. (2011), The Allocation of Public Goods and National Elections in Ghana, MPRA Paper, Munich, University Library of Munich, 34

The body of literature on purely democratic countries can sometimes fail to explain the behavior of government in semi-democratic African countries. Empirical and theoretical political economic papers find that public funds target ruling party supporters and swing districts. Our results, however, suggest that the opposite was true of Ghana. We observe that pro-government districts received less public investment when the NDC was in power. We posit that this finding is partially driven by the government's will to curry favor with opposition politicians. Indeed, in addition to pursuing its electoral objectives, the government of an emerging democracy may fear political instability and keep the lid on potential unrest by bargaining with opposition leaders. Our analysis also shows that, when controlling for votes and other covariates (including wealth, urbanization and density), public goods allocation is not driven by ethnic group targeting either.

André P., Mesplé-Somps S. (2011), Politics and the Geographic Allocation of Public Funds in a Semi-Democracy. The Case of Ghana, 1996-2004, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 34

Mesplé-Somps S., Pasquier-Doumer L. (2011), Conditions de vie dans un quartier pauvre de Djibouti : analyse de l'enquête de référence pour évaluer l'impact d'un projet de développement urbain intégré à Balbala, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 38

Cogneau D., Mesplé-Somps S., Spielvogel G. (2010), Development at the border: a study of national integration in post-colonial West Africa, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 75

Les frontières actuelles des pays africains ont été tracées durant la période coloniale et délimitent dorénavant des Etats indépendants. Ces frontières séparent des zones dont les caractéristiques géographiques, anthropologiques et précoloniales sont sensiblement identiques. En appliquant la méthode des régressions avec discontinuité à un large ensemble d'enquêtes auprès des ménages couvrant la période 1986-2001, nous identifions de grands écarts de bien-être aux frontières de cinq pays africains (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée et Mali). Ces discontinuités aux frontières reflètent les écarts entre moyennes nationales que ce soit en termes de niveau de vie des ménages, d'éducation ou d'accès à l'électricité. Le pays de résidence fait une différence, même si la distance à la capitale exerce un pouvoir d'atténuation. Ces résultats sont cohérents avec un processus d'intégration nationale en cours quoiqu'inachevé.

In Africa, boundaries delineated during the colonial era now divide young independent states. By applying regression discontinuity designs to a large set of surveys covering the 1986-2001 period, this paper identifies many large and significant jumps in welfare at the borders between five West-African countries around Cote d'Ivoire. Border discontinuities mirror the differences between country averages with respect to household income, connection to utilities and education. Country of residence often makes a difference, even if distance to capital city has some attenuating power. The results are consistent with a national integration process that is underway but not yet achieved.

Mesplé-Somps S., Robilliard A-S. (2010), Etude sur la croissance partagée au Sénégal, 2001-2005, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 56

Delarue J., Mesplé-Somps S., Naudet J-D., Robilliard A. (2009), Le paradoxe de Sikasso : coton et pauvreté au Mali, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 28

Au Mali, il est entendu que la situation des producteurs de coton est meilleure que celle desproducteurs de produits viviers. Cependant, les statistiques officielles de la pauvreté suggèrent que larégion de Sikasso - région dans la quelle le coton est essentiellement cultivé fait partie des régions lesplus pauvres du pays et que les producteurs de coton sont en moyenne plus pauvres que les autresagriculteurs. Cet article examine en détail ce paradoxe, souvent nommé le paradoxe de Sikasso, ainsique ses enjeux en termes d'économie politique du « chiffre ». Nous analysons en détail les statistiquesofficielles et les problèmes méthodologiques qu'elles posent. Nous montrons que finalement lesproducteurs de coton connaissent de meilleures conditions de vie que les autres agriculteurs. Laconclusion d'un tel cas d'étude n'est évidemment pas de se détourner de la mesure des conditions devie des populations. L'exemple de Sikasso plaide au contraire pour que les évaluateurs et concepteursde politiques publiques accordent une importance première à la fabrication des données, et que cesdernières fassent l'objet d'un débat contradictoire. Dans tous les instruments de pilotage, deconception et d'évaluation des politiques publiques, la collecte et le traitement des données devraientsans doute recueillir une attention au moins aussi importante que leur analyse, et susciter tout autant lacontradiction.

In Mali, the situation of cotton growing households has traditionally been considered as more favorable than that of food crop producers. However, official statistics on poverty suggest that the cotton growing region of Sikasso is among the poorest regions of the country and that cotton producers are on average poorer than all other farmers. This article offers a detailed analysis of this paradox, the so-called Sikasso paradox. The official statistics on poverty are set out and data and methodological issues are exposed.The reworking of the data led to the conclusion that cotton producers have an "advantage" over other farmers. This analysis underlines the need for open debate concerning data - an oft neglected step in the analysis of development policy.

Mesplé-Somps S. (2007), Programme de lutte contre la pauvreté et stratégie de croissance au Sénégal. Les deux politiques se complètent-elles ?, DIAL Document de travail, Paris, IRD, 13

Les autorités sénégalaises ont adopté un programme de lutte contre la pauvreté avec le soutien des institutions de Bretton Woods depuis 2002. Afin de tenter d'atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté qui ont été fixés par les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), elles ont lancé en 2004 un programme de relance de la croissance. Cet article discute de cette nouvelle stratégie de croissance et analyse de quelle manière elle est en mesure ou non de répondre aux objectifs de réduction de la pauvreté. On montre que les orientations politiques de ce programme devraient avant tout favoriser les activités formelles peu génératrices d'emploi et de revenus. Cela interroge alors la manière dont les autorités sénégalaises s'impliquent dans la mise en oeuvre des politiques vis à vis des plus défavorisés.

Since 2004, the Government of Senegal has adopted an accelerated growth program in the aim o reducing poverty by half before 2015 (Millennium Development Goal). This article criticizes thi program by analysing his pro-poor components. It shows that policies are too much oriented toward sectors that generate few jobs and revenues to poor people. Then, this growth strategy is not really in accordance with the Senegalese Poverty Reduction Strategy Paper.

Bossuroy T., Cogneau D., Hiller V., Mesplé-Somps S., Torelli C., de Vreyer P. (2006), Inégalités et équité en Afrique, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 43

Une exploitation nouvelle d'enquêtes à large échantillon concernant cinq pays d'Afrique subsaharienne permet pour la première fois de mesurer l'inégalité des chances en Afrique, à côté des inégalités de ressources et de conditions de vie. Nous confirmons l'existence d'inégalités prononcées au sein des pays de cette région, mais nous révélons aussi de fortes différences dans les structures de ces inégalités. L'essentiel de ces différences provient des écarts de revenu entre l'agriculture et les autres secteurs, et de l'échelle des rémunérations non agricoles. Au Ghana ou en Ouganda, la mobilité intergénérationnelle scolaire et professionnelle et l'égalité des chances devant le revenu entre les différentes origines sociales sont nettement plus fortes que dans les pays plus inégalitaires que sont la Côte d'Ivoire, la Guinée et Madagascar.

A new analysis of large-sample surveys in five comparable Sub-Saharan African countries allows measuring for the first time inequality of opportunity in Africa, aside inequality of resources and of living standards. We confirm the prevalence of high levels of inequality among the region's countries. Yet we also find considerable differences in the structures of this inequality. Furthermore, intergenerational educational and occupational mobility and the equality of opportunity for income between social origins are quite definitely greater in countries where income inequality is lower, such as Ghana and Uganda, than in higher-inequality countries such as Côte d'Ivoire, Guinea and Madagascar.

Mesplé-Somps S., Raffinot M. (2003), Réforme budgétaire et gestion par les objectifs dans les pays à faible revenu : Burkina-Faso et Mali, DIAL Document de travail, Paris, IRD, 22

Depuis 1997, le Burkina Faso et le Mali ont pris l'initiative de développer des budgets-programmes (BP). Cette initiative s'est combinée avec d'autres processus déjà en cours (revues de dépenses publiques), lancées en même temps mais séparément (programmes sectoriels), ainsi qu'avec l'élaboration de cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté (CSLP) et de cadres de dépenses à moyen terme (CDMT). Différentes tentatives ont aussi été faites à partir de 1997 pour améliorer la coordination de l'aide et réformer la conditionnalité. Ces réformes rencontrent de nombreux obstacles. Les BP ne sont pas encore vraiment opérationnels, sauf dans les secteurs qui disposent de programmes sectoriels. Les CDMT restent formels, notamment en raison de l'importante part des dépenses publiques financées par l'extérieur. L'amélioration de la coordination de l'aide progresse lentement. L'adoption de CSLP permet de mieux situer les actions, tandis que le passage progressif à l'aide budgétaire devrait accroître la transparence et l'efficacité de l'aide extérieure et des politiques budgétaires nationales. Le principal frein à la généralisation de l'aide budgétaire demeure l'insuffisant contrôle de la dépense publique, et l'absence de tradition d'analyse de la dépense publique en termes d'opportunité et d'efficacité. Les bénéfices attendus de la décentralisation restent marginaux du fait de la faiblesse des ressources financières au niveau local. Sur le plan technique, la généralisation du suivi par indicateurs a fait progresser la réflexion sur les objectifs des politiques publiques. Cependant, la polarisation sur les indicateurs eux-mêmes a quelque peu occulté les questions relatives à l'interprétation des évolutions de ces indicateurs et à leur utilisation pour la réorientation des politiques publiques. Le rôle de la société civile dans le débat sur les choix de dépenses publiques reste encore peu défini. Enfin, les réformes en cours ont tendance à multiplier les entités administratives ce qui concurrence les structures pérennes et les démotivent.

Since 1997, governments of Burkina Faso and Mali have decided to introduce results-oriented programme budgeting alongside the traditional state budget. This reform was implemented with insufficient coordination with others reforms in progress: Public Expenditure Review (PER), Sector- Wide Approach to aid management (SWAPs), Medium Term Expenditure Framework (MTEF), and Poverty Reduction Strategy Paper (PRSP). At the same time, pilot studies on conditionality and on the aid process were implemented to improve aid allocation and efficiency. A lot of issues are associated to these reforms. Results-oriented expenditure management works only nearly correctly in departments where there are SWAPs. MTEF are formal but not operational. The coordination of donors improves slowly. Transparency and efficiency of international aid and budgetary policies would be getting better with PRSP and budgetary aid. But, the lack of control, monitoring and evaluation of public expenditures prevents the generalisation of budgetary aid (in opposition to project aid). The decentralisation process is too marginal. From a technical point of view, the use of indicators in the monitoring of public expenditure has improved public expenditure policies. Nevertheless, they are insufficiently used to discuss and guide public policies. Civil society is not enough involved in the debate on public expenditure management. Last, governments in both countries tend to develop administrative structures to manage reforms; this phenomenon weakens permanent public structures.

Cogneau D., Mesplé-Somps S. (2002), L'économie ivoirienne, la fin du mirage ?, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 98

Ce document est tiré d'une étude réalisée sur la Côte d'Ivoire dans le cadre du programme « Afrique émergente » du Centre de Développement de l'OCDE. Ce travail fait le point sur la trajectoire économique du pays depuis son indépendance. On montre à quel point la croissance de 1994-98 était exceptionnelle et en quoi cette période a créé des opportunités réelles de refonte du système économique ivoirien. Cependant, les réformes de stabilisation et de libéralisation poursuivies entre les années 1980 et la fin des années 1990 n'ont pu résorber les principaux problèmes structurels qui contraignent la croissance économique et sa répartition, et caractérisent un système néo-colonial d'extraction et de distribution des rentes. La section 1 présente une analyse des performances passées et présentes de l'économie ivoirienne ainsi qu'une analyse des facteurs de la croissance à long terme. Les questions de stabilisation macro-économique et de soutenabilité de la dette extérieure ivoirienne sont abordées dans la section 2. La section 3 se consacre aux réformes structurelles : réformes du secteur bancaire, politiques de commerce international, mesures visant à améliorer le fonctionnement des marchés intérieurs des produits et du travail, et les relations entre l'Etat et les entreprises privées. L'analyse de la dynamique des niveaux de vie, de la pauvreté et les questions de politiques de lutte contre la pauvreté font l'objet de la section 4.

This document is a new version of a study on Ivory Coast started in 1997 as part of a programme of the OCDE Development Centre called "Emerging Africa". This work is an historical analysis of the Ivorian economy since the independence of the country. The economic growth period between 1994 and 1998 is compared to other similar economic growth periods and also to stabilisation policies and structural reforms of the 80's. This period was exceptional and a big opportunity to start more structural reform policies. Unfortunately, the main problems were not solved. The economic system is still suffering from a neocolonial and unequal system of distribution of wealth. The economic growth was not used to develop anti-poverty policies. Inequality and social problems increased and also undermined the legitimacy of the government since 1999. The first section of the paper analyses previous and present performances of the Ivorian economy, and the long-term growth factors. In section 2, the macro-economic stabilisation issues are discussed. Successively, pre and post devaluation stabilisation reforms, as well as the sustainability of the foreign debt are analysed. The aim of section 3 is to discuss the reforms of the banking system, trade liberalisation and domestic market reforms. Finally, income and poverty dynamics and a critical view of the social policies are presented in section 4.

Mesplé-Somps S. (2002), Quelques réflexions sur la situation économique et sociale africaine et les politiques économiques préconisées par le NEPAD, DIAL Document de travail, Paris, IRD, 15

Le NEPAD (Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique) est un programme de développement présenté, à l'initiative de 5 chefs d'Etat africain (Afrique du Sud, Nigeria, Egypte, Algérie, Sénégal), au sommet du groupe des huit (G8) de Gênes, en juillet 2001. Le document est un cadre stratégique de développement pour le continent africain. Cette note s'attache à examiner la pertinence du diagnostic comme des politiques préconisées. Après une présentation de l'initiative et de son accueil auprès de la communauté internationale des bailleurs de fonds, nos principales observations sur le contenu économique du document portent sur le fait que (1) la question du financement des investissements est traitée de manière assez maladroite et que les choix en matière d'investissement sont insuffisamment hiérarchisés, (2) que les politiques de lutte contre la pauvreté sont abordées avec grande « timidité », (3) que le projet relève d'une approche minimaliste du rôle des Etats en Afrique, et enfin, (4) sur le fait que le caractère régional de l'initiative et de certaines politiques préconisées, peuvent être un facteur positif mais qu'elles posent des questions de souveraineté des Etats.

The paper presents the NEPAD initiative (the New Partnership for Africa's Development initiative) and criticizes some aspects of the document. Four principal critics are done. The first one is about the lack of financial funds and capital in Africa and how incorrectly the document addresses this question. The second one is on the fact that policies against poverty are insufficiently developed in the document. Thirdly and fourthly, we discuss how the role of African governments are viewed and how the NEPAD 's regional status can be or not a positive think.

Mesplé-Somps S. (2001), Présentation du modèle démo-économique développé par le Club du Sahel pour analyser le développement des économies locales d'Afrique de l'Ouest. Hypothèses et premières critiques, DIAL Document de travail, Paris, IRD, 25

Ce document a pour objet de présenter le modèle de spatialisation et de prospective des économies d'Afrique de l'Ouest développé par Jean-Marie Cour du Club du Sahel. C'est un modèle développé sur un tableur. Le document ne présente pas les résultats de prospective et de spatialisation de ces économies mais expose plutôt les fondements théoriques sous- jacents à la construction des images des différentes économies précitées. Les équations de ce modèle démo-économique de demande sont exposées et discutées. Ensuite, quelques critiques des options de modélisation choisies sont exprimées.

The paper presents a demo-economic model developed by Jean-Marie Cour, OECD-Club du Sahel. It is a prospective and spatial model of West African countries. The document does not present the results of the model, but examines its hypothesis and its equations witch are criticized.

Dumont J-C., Mesplé-Somps S. (2000), L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance. Une analyse en EGC appliquée au Sénégal, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine, 37

Ce papier analyse l'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance de l'économiesénégalaise dans le cadre d'un modèle d'équilibre général calculable. En effet, Latreille et Varoudakis (1996) ontmontré, en équilibre partiel, que le manque de compétitivité des secteurs économiques sénégalais est imputable à unefaiblesse des gains de productivité, elle-même due notamment à la baisse du rythme des investissements publics. Ilapparaît intéressant de voir dans quelle mesure un accroissement des infrastructures publiques permet des meilleuresperformances commerciales de l'économie sénégalaise ainsi que de la croissance. Dans un premier temps, lesmécanismes théoriques mis en jeu lors d'un accroissement de la productivité totale des facteurs de production sontexposés dans un cadre d'équilibre général statique, en admettant que la variation de la PTF provient d'unaccroissement des dépenses publiques. Cela permet d'appréhender les interactions entre les variations de la dépensepublique et celles du taux de change réel. La seconde section présente le modèle d'équilibre général calculabledynamique appliqué au Sénégal et les résultats de simulations. On montre combien les effets d'une politiqued'expansion des infrastructures publiques sur les performances commerciales des secteurs manufacturiers peuvent sedifférencier selon son impact sur le niveau des prix domestiques et le taux de salaire. En outre, le choix du mode definancement d'une politique budgétaire extensive est primordial dans la mesure où c'est par ce biais que les effets surle niveau des prix domestiques peuvent être maîtrisés. En ce sens une approche en terme d'équilibre généralcalculable, appuyée sur des estimations sectorielles pertinentes se montre préférable aux études plus classiques enéquilibre partiel.

This paper analyses the impact of public infrastructure on the competitiveness and growth of the Senegaleseeconomy within the framework of a computable general equilibrium model. Latreille and Varoudakis (1996)demonstrated, in partial equilibrium, that the absence of competitiveness within Senegal's economic sectors isattributable to a weakness in the gains of productivity, which itself is due to the decrease in the rate of publicinvestment. This paper examines the extent to which an increase in public infrastructure will improve thecommercial performance, as well as the growth of the Senegalese economy. First, in a static general equilibriumframework, we expose the theoretical mechanisms put into play when there is an increase in total productivity offactors of production, assuming that the variation in the TFP comes from an increase in public spending. This allowsinteractions between the variations in public spending and the real exchange rate to be captured. The second sectionpresents a computable general equilibrium model applied to Senegal and the results of the simulations. We showhow the effects on commercial performance of manufacturing sectors of a policy of expansion of publicinfrastructure can differ according to its effect on the level of domestic prices and the wage rate. Furthermore, thechoice of the method of financing of an extensive budgetary policy is important because it is through this bias thatthe effects on the level of domestic prices can be controlled. Owing to this, an approach in terms of a computablegeneral equilibrium, based on relevant sectorial estimations is preferable to more classical studies in partialequilibrium.

Mesplé-Somps S., Dumont J-C. (1999), La modélisation démo-économique en macroéconomie. Historique, modèle de croissance et approche des phénomènes migratoires, DIAL Document de travail, Paris, IRD, 27

Cette note est une note pédagogique sur la modélisation démo-économique en macroéconomie. Les première et deuxième sections dressent un bilan historique ainsi qu'une définition générale de ce type de modélisation. Il faut attendre l'explosion démographique des pays en développement des années 70 pour assister à un nouveau débat sur la relation entre démographie et économie avec une remise en cause d'un effet malthusien strictement négatif de l'accroissement de la population. Par la suite, les modèles démo-économiques s'attacheront à conserver un caractère à la fois macro-économique, dynamique, endogène et désagrégé. Toutefois, le manque de fondements théoriques, à l'exception des modèles agrégés de croissance, et la nécessité d'un appareil statistique important ont pénalisé ces exercices, notamment dans le contexte des pays en développement. La troisième section montre que seuls les modèles de demande sont en mesure de rendre compte d'une relation positive entre croissance démographique et croissance économique et met en évidence les conséquences de la prise en compte de contraintes sur l'offre et les variations de prix. Ces dernières réflexions amènent à s'interroger, en quatrième section, sur les exercices de modélisation démo-économique qui rendent compte du processus d'urbanisation et leur manière de représenter les phénomènes migratoires et leurs facteurs explicatifs.

Retour à la liste