Curriculum vitae

Arestoff-Izzo Florence

Maître de conférences
LEDa

Florence.ARESTOFFping@dauphinepong.fr
Tel : 01 44 05 45 23
Bureau : P 117

Publications

Articles

Arestoff F., Djemaï E. (2016), Women's Empowerment Across the Life Cycle and Generations: Evidence from Sub-Saharan Africa, World Development, 87, p. 70-87

Does female empowerment evolve over the life cycle, and has it changed across generations? We use data from the Demographic and Health Surveys covering a sample of about 191,000 adult women to evaluate the age, period and cohort effects regarding individual attitudes to marital violence. Pseudo-panel data are constructed from repeated cross-sections from five African countries in the 2000s. The estimates show that, over the life cycle, women tend to think that marital violence is less and less justifiable, and that younger cohorts are less likely than older cohorts to view marital violence as justifiable, even controlling for education.

Arestoff F., Sgard J. (2012), Education, pauvreté, inégalités : quelles relations économiques ?, CERISCOPE Pauvreté

La recherche sur l'économie de la pauvreté et des inégalités a connu depuis deux décennies une évolution profonde et rapide. Ce renouveau s'explique notamment par la multiplication des enquêtes de revenus dans beaucoup de pays du monde mais aussi par l'accroissement des capacités et des techniques de traitement quantitatif. Le tout permet désormais d'explorer de manière fine, à la fois les évolutions empiriques et les relations de causalité qu'elles peuvent éventuellement recéler. Au-delà, cette recherche présente aussi l'intérêt d'ouvrir sur les politiques publiques et sur les stratégies de développement : elle peut les informer a priori et aussi aider à les évaluer a posteriori. Ce constat s'applique en particulier aux politiques d'éducation. Désormais, comme on le verra, il est établi empiriquement que celles-ci ont un rôle central dans la détermination des revenus, à la fois entre individus à l'intérieur d'un même pays, et entre pays inégalement développés ; différents modèles éducatifs auront des effets variés sur la croissance, mais aussi sur les inégalités sociales ou sur les carences absolues et donc, en un mot, sur la pauvreté. Dans cet article, nous proposons au lecteur une visite de ce champs de recherche : la théorie du capital humain comme cadre analytique et les principales estimations empiriques auxquelles elle a donné lieu, les inégalités constatées dans l'accès à l'éducation, le rôle du marché du travail et enfin, le lien entre éducation et croissance économique.

Arestoff F., Kuhn M., Mouhoud E. (2012), Transferts de fonds des migrants en Afrique du Sud : les conditions de départ du pays d'origine sont-elles déterminantes?, Revue Economique, 63, 3, p. 513-522

A l'aide d'une enquête menée en 2006 auprès de 639 migrants africains présents à Johannesburg (Afrique du Sud), cet article analyse les déterminants des transferts de fonds dans le cas des migrations Sud-Sud. En plus des variables traditionnelles (revenu, âge, éducation du migrant, etc.), l'impact des conditions de départ du pays d'origine sur les transferts est analysé, ainsi que celui de variables subjectives (perception de richesse et attachement du migrant à son pays d'origine). Les résultats montrent qu'avoir fui son pays pour des raisons de violence réduit significativement la propension à transférer tandis que l'attachement et la perception d'une situation économique meilleure dans le pays d'accueil favorisent les transferts.

This paper looks at the determinants of international remittances in the context of South-South migration. We use a 2006 survey on 639 African migrants living in Johannesburg. In addition to the traditional variables (income, age and education of the migrant, etc.) we consider the impact of departure conditions from the country of origin and subjective variables (perception of relative wealth, attachment to the country of origin) on remittances. The results show that having left the country of origin due to violence has a negative effect on the propensity to remit, whereas the attachment to the country of origin and the perception of a better economic situation in the host country positively influence remittances.

El Mekkaoui de Freitas N., Abdelkhalek T., Arestoff F., Mage-Bertomeu S. (2012), Les déterminants de l'épargne des ménages au Maroc : une analyse par milieu géographique, Région et développement, 35, p. 195-210

Cet article propose une analyse des déterminants microéconomiques de l'épargne des ménages au Maroc à partir d'une enquête menée à la fois en zone urbaine et en zone rurale. Les statistiques descriptives étudiées dans une première partie laissent supposer que les déterminants de l'épargne au Maroc sont multiples et relativement communs aux deux zones, l'analyse économétrique que nous proposons permet de préciser nos résultats. Le revenu courant a un impact positif sur le niveau d'épargne en zone urbaine contrairement à la zone rurale où l'alphabétisation apparaît déterminante. L'hypothèse de cycle de vie n'est pas confirmée. En zone urbaine uniquement, la taille du ménage influence négativement le montant d'épargne tandis que les femmes chefs de ménage épargnent plus que les hommes à l'exception des ménages à très haut revenu. Le comportement d'épargne des ménages s'avère donc sensiblement différent selon leur lieu de résidence.

Venet B., Arestoff F. (2011), Banque mobile et microfinance dans les pays en développement, Dialogue, 32, p. 2-5

Arestoff F., Hurlin C. (2010), Are Public Investment Efficient in Creating Capital Stock in Developing Countries?, Economics Bulletin, 30, 4, p. 3177-3187

In many poor countries, the problem is not that governments do not invest, but that these investments do not create productive capital. So, the cost of public investments does not correspond to the value of the capital stocks. In this paper, we propose an original non parametric approach to evaluate the efficiency function that links variations (net of depreciation) of stocks to public investments. We consider four sectors (electricity, telecommunications, roads and railways) of two Latin American countries (Mexico and Colombia). We show that there is a large discrepancy between the amount of investments and the value of increases in stocks.

Abdelkhalek T., Arestoff F., El Mekkaoui-De Freitas N., Mage-Bertomeu S. (2010), A microeconometric analysis of household savings determinants in Morocco, African Review of Money Finance and Banking, p. 7-27

This article provides an analysis of the microeconomic determinants of household savings behaviour in Morocco according to geographical household residence. Descriptive statistics seemto indicate a similar savings pattern in both rural and urban areas but the econometric results do not support this conclusion. Current income strongly affects the savings level in the urban area whereas the literacy of the household's head is determinant in the rural one. However, theresults do not confirm the life cycle hypothesis. The household's size has a significant negative impact only in the urban case, while women heads of household save more than men, except for highest income levels. The results clearly show that urban and rural households behave differently with regards to savings.

Arestoff F. (2002), L'éducation dans les DSRP, Techniques Financières et Développement, 69, p. 34-44

Bien que, d'un point de vue micro-économique, l'éducation soit garante d'un accroissement des richesses individuelles et donc constitue un instrument crucial de réduction de la pauvreté, les politiques éducatives menées jusqu'à présent en Afrique n'ont que partiellement atteint ce résultat. Pour tenter d'y remédier, les gouvernements, les institutions internationales et la société civile des pays africains doivent donc renforcer et généraliser l'éducation et plus particulièrement l'éducation primaire. Il s'agit là d'un objectif qui est au coeur des nouvelles stratégies de réduction de la pauvreté présentées dans les DSRP (Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté) et préparées en étroite collaboration avec la société civile. Pour le secteur éducatif, cet objectif implique à la fois de bénéficier de davantage de ressources budgétaires mais surtout de savoir les utiliser de manière efficiente. A ce titre, l'Ouganda où, depuis quelques années, des progrès considérables ont été accomplis sur le plan éducatif, constitue un exemple intéressant.

Arestoff F., Bommier A. (2001), Efficacité relative des écoles publiques et privées à Madagascar : étude d'une période de restriction budgétaire, Revue d'Economie du Développement, 3, p. 51-73

Cet article étudie les différences d'efficacité entre écoles primaires publiques et privées de la capitale malgache. Nous cherchons à voir si la baisse relative des inscriptions dans les écoles publiques s'est accompagnée d'une perte de qualité relative de l'enseignement public à Madagascar. Nous développons une procédure d'estimation correspondant à une variation de la procédure d'Heckman. Une première équation de type probit rend compte de la sélection des élèves qui choisissent une école privée. Simultanément, une seconde équation analyse les déterminants de la réussite scolaire, la réussite scolaire étant mesurée par le nombre d'années d'études réussies, l'obtention du diplôme ou le taux de redoublement. Il apparaît qu'au niveau des écoles primaires, les parents accroissent significativement les chances de réussite de leurs enfats en les inscrivant dans des écoles privées. L'examen des résultats de ces dernières années indique en outre que l'écart entre écoles privées et écoles publiques est allé en s'accroissant.

In this paper we attempt to analyze whether the apparent decline of the public system in terms of frequentation has gone along with a relative decline in the quality of public school education, in Madagascar. We develop an estimation method which is a variation of Heckman's procedure. A probit is estimated to account for the selection of children that enroll in private schools, jointly with a second equation that analyzes the determinants of school success assessed through the number of years of schooling completed, the obtaining of diploma, or the repetition grade. It appears that as far as primary schools are concerned, Malagasy parents seems to significantly enhance their children's chances to succeed in school when favoring the private system. Moreover comparing school results of different cohorts shows that the effectiveness of public schools declined compared to the effectiveness of private schools.

Arestoff F. (2001), Returns to education in a LDC's labor market amicro-econometric analysis, Revue économique, 52, 3, p. 705-715

Cet article propose une analyse des rendements éducatifs issue du modèle de Mincer (1974). Dans le cas de Madagascar où plus de 50% des élèves étaient scolarisés dans une école privée en 1997, le type d'éducation reçue (publique ou privée) est pris en compte, tandis que les biais potentiels de sélection sur le marché du travail et d'endogénéité du niveau d'études sont corrigés. Sous l'hypothèse d'un marché du travail concurrentiel, l'éducation ne semble exercer aucun impact direct sur les revenus. Elle ne servirait donc que d'indicateur de la motivation et des facilités de chacun à travailler. Ce résultat est confirmé dans le secteur formel, lorsque l'on suppose que le marché du travail de la capitale malgache est segmenté. En revanche, dans le secteur informel, le taux de rendement d'une année d'éducation supplémentaire atteint 7% et l'enseignement public engendre un revenu du travail significativement plus élevé que l'enseignement privé.

This article analyses the returns of education as defined by Mincer's model (1974), in the malagasy case. Selection bias in the labour market and endogeneity bias of education are corrected for. Moreover, the type of education is taken into account. Indeed, this variable is suspected to play a key role as more than 50% of the pupils were enrolled in private schools in 1997. Under a competitive labour market hypothesis, education doesn't seem to exert any direct impact over revenues. So, it would only be an indicator of motivation and abilities of each to work. This result is confirmed in the formal sector, when we suppose a segmented labour market in Antananarivo. On the contrary, in the informal sector, the rate of return of one more year of education reaches 7% and public education allows work revenues significatively higher than private education does.

Arestoff F., Bardon R., Coury D., Dumont J-C., Razafindratsima N. (2000), L'enquête SET97 sur la santé, l'éducation, et les transferts à Antananarivo, Statéco, 95-96-97, p. 63-81

L'enquête SET97, réalisée à Antananarivo en 1997, est, comme l'enquête 1-2-3 sur le secteur informel, une enquête en plusieurs phases associée à l'enquête sur l'emploi. Elle a été élaborée dans le but d'analyser la santé et l'éducation, et d'étudier les transferts, monétaires et non monétaires, entre les ménages. Cet article présente les principes de l'articulation entre les différentes phases d'enquête et le tirage de l'échantillon. Il analyse le questionnaire utilisé en référence aux objectifs de l'enquête et à la méthodologie retenue. Enfin, un bref examen des principaux résultats tirés de l'exploitation des données fournit un aperçu des vastes possibilités d'analyse.

Chapitres d'ouvrage

Arestoff F., Berthélémy J-C. (2003), Les stratégies d'éducation et le développement en Afrique, in Bauchet P., Germain P. (dir.), L'éducation, fondement du développement durable en Afrique, Paris, PUF, p. 95-132

Communications

Kuhn M., Mouhoud E., Arestoff F. (2011), Migration and Remittances in South Africa : the role of political factors, Journées d'études internationales : "Compétitivité régionale et mobilité internationale des facteurs", Orléans, France

This paper looks at the determinants of international remittances in the case of South-South migrations. Using micro-economic data from a survey conducted in 2006, analysis was carried out on 639 African migrants residing in Johannesburg. Besides the traditional variables (income, household's size in the host country, age, sex, education...), political variables (regime change in the host country and conditions in the country of origin before the migration including war, and conflict) are used in the analysis. The results highlight the importance of these political variables as determinants of migrants' probability to remit. The end of the apartheid regime in South Africa impacts positively and significantly the probability of remitting money to the home country while the fact of having fled one's country of origin because of violence or conflict has the opposite effect. However, the political change in the host country has no influence on the amounts transferred. Once the decision to remit is taken, traditional variables have more of an explanatory power in predicting amounts transferred than political variables.

Arestoff F., Jacques J-F. (2009), Minimum educational standard to complement taxation in the presence of hidden activities, Premier Colloque bi-annuel du GDRI DREEM, "Inégalités et développement dans les pays méditerranéens", Istanbul, Turquie

Cet article défend l'idée selon laquelle une scolarisation minimale obligatoire peut constituer un complément efficace à une taxe qui financerait l'éducation en présence d'évasion fiscale. Nous construisons un modèle à générations d'agents dans lequel deux régimes d'éducation sont définis. Le premier est privé en l'absence d'état et le second est public. Dans le régime privé, les agents financent l'éducation via un transfert de bien à l'école. Dans le régime public, l'État collecte des impôts pour financer l'éducation. Pour déterminer le taux d'imposition optimal, l'État considère qu'un enfant est un futur parent. A l'État stationnaire, le régime public est donc Pareto améliorant car l'État prend en compte l'inefficacité intergénérationelle, l'altruisme des parents vis ? vis des enfants étant imparfait. Quand nous comparons le taux d'imposition avec le taux d'investissement privé en Éducation, le premier est naturellement optimal au sens de Pareto à l'État stationnaire. Or, sachant que dans les pays en développement plus qu'ailleurs, une large part des revenus ne sont pas déclarés, l'hypothèse d'un gouvernement disposant d'une information complète sur les revenus de la population n'est pas satisfaisante. Nous proposons alors un optimum de premier rang dans lequel, en termes de bien-être, le régime public ne peut dominer le régime privé que si le gouvernement impose une durée d'études minimale.

Abdelkhalek T., Arestoff F., El Mekkaoui-De Freitas N., Mage-Bertomeu S. (2009), A microeconometric analysis of households saving determinants in Morocco, Premier Colloque bi-annuel du GDRI DREEM, « Inégalités et développement dans les pays méditerranéens », Istanbul, TURKEY

Economic fluctuations, climate risk and a number of individual specific shocks leave households vulnerable to severe hardship in developing countries. Moreover, the credit and insurance markets are limited and the social coverage is weak. In this context, households saving is crucial to provide an insurance against the economic and social shocks. Additionally, a better knowledge of households saving behaviour could develop the potential to finance investments. This article provides an analysis of microeconomic factors which explain the household savings behaviour in Morocco by using a new survey. Household saving functions are estimated in order to test households' responses to income, monetary or non-monetary wealth and socio-demographic variables in urban and rural areas. Our results confirm that current income strongly affects the saving level whatever the home place. Surprisingly, the household's size is significant only in the urban case : an additional person reduces the household saving. For the life cycle hypothesis, the results are not significant. Finally, we find that Moroccan women save more than men when we take into account the interaction between gender and income. Nevertheless, for highest income levels, we observe the opposite results. In the case of rural households, there is no statistically significant effect on saving behaviour from the ownership indicators of household's lands or other real estate. The results suggest that the self financing of rural household activities may be due to the lack of access to formal financial intermediaries.

Arestoff F., Granger C. (2004), Does Trade Openess Affect Core Labor Standards ?, European Trade Study Group, Sixth Annual Conference, Nottingham, Royaume-Uni

Based on cross-country data from a wide range of developed and developing countries, this study, using an original and synthetic indicator, empirically analyses the incidence of openness to trade on the level of core labour standards. In the first part of our study, when the model is estimated through the OLS method, we find a positive and significant influence of trade on core labour standards. However, literature leads us to assume that trade openness is endogenous. In the second part, using the instrumental variables (IV) method, we show that openness to trade is no longer significant. We test different vectors of instruments that validate the robustness of our results. We conclude that, in the ongoing debate about the incidence of trade openness on the level of core labour standard, increasing openness would not lead to a levelling down, but rather labour standards would depend on national characteristics such as economic and social development.

Documents de travail

Arestoff F., Venet B. (2013), Learning to walk before you run : Financial Behavior and mobile banking in Madagascar, DIAL Document de travail, Paris, IRD, 24

En septembre 2010, l'opérateur Orange a introduit les services de banque mobile appelés Orange Money à Madagascar. Ils permettent d'effectuer des opérations de dépôt et de retrait d'argent, de transferts nationaux et de paiements de marchandises. Selon la littérature existante, l'utilisation de ces services engendrerait une augmentation de l'épargne individuelle, pourrait modifier les comportements de transferts et/ou favoriser la bancarisation des plus pauvres. Afin d'analyser les conséquences du m-banking sur les comportements financiers des populations concernées à Madagascar, nous procédons à une étude d'impact reposant sur des données originales. En mars 2012, nous avons réalisé une enquête auprès de 196 clients Orange utilisateurs réguliers des services Orange money et 402 clients Orange non utilisateurs de ces services. Afin de comparer rigoureusement les comportements financiers de ces deux groupes, nous apparions les individus sur la base de leurs scores de propension respectifs. Nos résultats montrent alors que l'utilisation des services Orange Money conduit à accroître significativement la fréquence des transferts envoyés et reçus. Ce résultat est corroboré par l'approche subjective puisque 55% des utilisateurs Orange Money déclarent que ce service les a encouragés à effectuer des transferts plus fréquemment. En revanche, nous montrons qu'Orange Money n'a d'impact significatif ni sur les montants épargnés ni sur les montants transférés (à l'envoi comme à la réception), ce qui tend à contredire le sentiment des utilisateurs. La temporalité des effets des services de m-banking apparaît alors. Les modifications de montants transférés et épargnés s'inscrivent probablement davantage dans la durée alors que la fréquence des transferts serait plus rapidement affectée eu égard au moindre coût et à la facilité d'utilisation d'Orange Money.

In Madagascar, Orange introduced its mobile banking services in September 2010. Mobile-banking (m-banking) is a system that allows users to conduct a number of financial transactions through a mobile phone. The existing body of literature suggests that the use of m-banking services may have a positive impact on individual savings, affect money transfer behavior and/or encourage financial inclusion. In 2012, we conducted a survey of 598 randomly selected Orange clients in Antananarivo. We use the matching methodology to assess the impacts of m-banking on clients' financial behavior. The results show that the use of m-banking services increases the number of national remittances sent and received. It is in line with the conclusions of the existing literature devoted to M-Pesa in Kenya. Yet we find that using of m-banking services has no significant impact on the sums saved by users or the sums of remittances sent and received, which appears to contradict the users' perceptions. This result may, however, be explained by a learning-by-doing process: users need to first learn to trust the e-money system before making any significant changes to their financial behavior.

Arestoff F., Djemaï E. (2013), Women's empowerment across the life cycle and generations: Evidence from Sub-Saharan Africa, DIAL Document de travail, Paris, Université Paris-Dauphine

L'autonomisation des femmes, leur "empowerment", évolue-t-elle tout au long de leur cycle de vie ?S'est-elle renforcée au fil des générations ? A partir de données issues des Enquêtes Démographiques et de Santé portant sur un échantillon de 191 000 femmes adultes, nous estimons les effets d'âge, de période et de cohorte sur le refus de la violence conjugale, pris comme mesure de l'empowerment.Nous construisons un pseudo-panel en mobilisant des données de plusieurs vagues d'enquêtes consécutives menées dans cinq pays d'Afrique Sub-Saharienne au cours des années 2000. Lesestimations montrent qu'en terme de cycle de vie, plus les femmes vieillissent, moins elles considèrentla violence conjugale comme justifiable. Parallèlement, en terme de générations, les femmes des plus jeunes cohortes ont une moindre probabilité d'accepter la violence conjugale, à niveau d'éducation donné. Dans la décomposition Age-Période-Cohorte, les effets de l'âge et de la période d'enquête se révèlent être les plus importants. On montre également que les effets de l'âge sont en partie expliquéspar les changements de la situation des femmes sur le marché du travail, la composition de leur ménage et leur rôle de parent.

Does female empowerment evolve over the life cycle, and has it changed across generations? We use data from the Demographic and Health Surveys covering a sample of about 191,000 adult women to evaluate the age, period and cohort effect regarding individual attitudes to marital violence. Pseudopaneldata are constructed from repeated cross-sections from five African countries in the 2000s. The estimates show that, over the life cycle, women tend to think that marital violence is less and less justifiable, and that younger cohorts are less likely than older cohorts to view marital violence as justifiable, even controlling for education. In the full age-period-cohort decomposition, the age andperiod effects are the most important. Age effects are driven by changes in labor-force status, household composition and parenthood.

Abdelkhalek T., Arestoff F., Couppey-Soubeyran J., El Mekkaoui-De Freitas N., Mage-Bertomeu S. (2008), L'épargne des ménages au Maroc : une évaluation macroéconomique et microéconomique, Cahiers de recherche EURISCO, Paris, Université Paris-Dauphine, 85

Hurlin C., Arestoff F. (2006), Estimates of Government Net Capital Stocks for 26 Developing Countries, 1970-2002, World Bank Policy Research Working Paper, Washington, The World Bank., 55

The authors provide various estimates of the government net capital stocks for a panel of 26 developing countries over the period 1970-2001. Two kinds of internationally comparable series of public capital stocks are presented. The first estimates are based on the standard perpetual inventory method and various assumptions regarding initial stocks and depreciation rates. The second set of estimates takes into account the potential inefficiency of public investments in creating capital with a nonparametric approach. Three estimates of net capital stocks are provided, on the basis of three assumptions regarding the efficiency of public investment.

Arestoff F. (2004), Recherche du premier emploi : l'éducation privée est- elle plus efficace que l'éducation publique ? Le cas de Madagascar, Cahiers de recherche d'EURISCO, Paris, Université Paris-Dauphine, 26

L'objet de cet article consiste à évaluer empiriquement l'impact de l'éducation publique ou privée sur la durée de chômage qui précède le premier emploi. Notre étude porte sur un pays en développement, Madagascar qui, comme beaucoup d'autres, connaît un essor considérable de l'éducation privée. A partir de modèles de Cox à risques proportionnels et de données individuelles issues d'une enquête ménage réalisée en 1997, nous montrons que la probabilité conditionnelle d'accepter un emploi est croissante avec le niveau d'études mais significativement plus forte pour les anciens élèves du privé, notamment pour les plus jeunes d'entre eux. La déliquescence du système d'enseignement public aurait donc rendu de plus en plus difficile l'insertion de ses anciens élèves sur le marché du travail. Différentes spécifications du modèle sont estimées afin de valider la robustesse des résultats.

Arestoff F., Granger C. (2003), Le respect des normes de travail fondamentales : Une analyse économétrique de ses déterminants, Cahiers de recherche EURISCO, Paris, Université Paris-Dauphine, 12

L'article cherche à expliciter empiriquement les déterminants du respect des normes de travail fondamentales et plus précisément à identifier le rôle joué par le niveau de développement. Le degré de respect de ces normes est évalué par un indicateur original, construit sur un échantillon de pays développés et en développement. Si le modèle économétrique estimé confirme l'existence d'une forte corrélation entre développement économique et respect des normes de travail fondamentales, il souligne aussi l'importance du stock de capital humain. La thèse d'un développement social uniquement endogène au développement économique doit donc être nuancée.

Arestoff F. (2000), Effets comparés de l'éducation publique et privée sur le processus d'insertion professionnelle, à Madagascar, DIAL Document de travail, Paris, IRD, 64

Pour comparer les effets de l'éducation publique et de l'éducation privée, l'importante étape de l'insertion professionnelle doit être analysée. En effet, le premier emploi exercé est sensé offrir à l'individu l'expérience professionnelle minimale qui, combinée à la formation initiale reçue, lui permettra d'occuper efficacement un poste dans le système productif. Dans le cas de Madagascar, nous montrons alors à l'aide d'un modèle de durée qu'en raison de la crise économique, les élèves issus de l'enseignement public sont désormais condamnés à rester au chômage plus longtemps que les autres avant d'obtenir leur premier emploi. Une fois entrés sur le marché du travail, il apparaît qu'à même niveau d'études, les anciens élèves du public perçoivent un revenu significativement plus faible que celui de leurs homologues du privé. Ce dernier résultat ne semble toutefois pas vérifié dans le secteur informel où le type d'éducation ne constitue pas une variable déterminante du revenu.

Comparing the returns of public and private education supposes to deal with the integration in the labour market because the first job gives a minimal experience. Combined with the educational attainment, it will ensure a real efficiency of the participation to the productive system. In the Madagascar case, we use a duration model to show that the former pupils from public schools are now condemned to stay unemployed relatively longer because of the economic crisis. Once they get their first job, they will earn a relatively lower wage, for equal competencies. Nevertheless, this last result isn't checked in the informal sector where neither public nor private education explains wages significaly.

Retour à la liste