Curriculum vitae

De Perthuis Christian

Professeur associé

Christian.DEPERTHUISping@dauphinepong.fr

Publications

Articles

Wang W., Guo L., Li Y., Su M., Lin Y., De Perthuis C., Ju X., Lin E., Moran D. (2015), Greenhouse gas intensity of three main crops and implications for low-carbon agriculture in China, Climatic Change, 128, 1-2, p. 57-70

China faces significant challenges in reconciling food security goals with the objective of becoming a low-carbon economy. Agriculture accounts for approximately 11 % of China's national greenhouse gas (GHG) emissions with cereal production representing a large proportion (about 32 %) of agricultural emissions. Minimizing emissions per unit of product is a policy objective and we estimated the GHG intensities (GHGI) of rice, wheat and maize production in China from 1985 to 2010. Results show significant variations of GHGIs among Chinese provinces and regions. Relative to wheat and maize, GHGI of rice production is much higher owing to CH4 emissions, and is more closely related to yield levels. In general, the south and central has been the most carbon intensive region in rice production while the GHGI of wheat production is highest in north and northwest provinces. The southwest has been characterized by the highest maize GHGI but the lowest rice GHGI. Compared to the baseline scenario, a 2 % annual reduction in N inputs, combined with improved water management in rice paddies, would mitigate 17 % of total GHG emissions from cereal production in 2020 while sustaining the required yield increase to ensure food security. Better management practices will entail additional gains in soil organic carbon further decreasing GHGI. To realize the full mitigation potential while maximizing agriculture development, the design of appropriate policies should accommodate local conditions.

Jouvet P-A., De Perthuis C. (2015), Financial Way to a Climate Agreement in 2015?, Revue d'Economie financière, 117, p. 31-48

Le rendez-vous Paris Climat 2015 constitue la date butoir pour poser les bases d'un accord universel. Un accord climatique ambitieux repose sur trois piliers : un engagement des gouvernements, un système indépendant de monitoring, de reporting et de vérification (MRV) et l'instauration d'une tarification internationale du carbone. Dans cet article, nous proposons une méthode mixant taxation et marchés de permis. Il s'agit dans un premier temps d'introduire un bonus-malus carbone international, avec une taxe de l'ordre de 7 $ par tonne de CO2, calculé à partir de l'écart pour un pays entre son niveau moyen d'émission par habitant et la moyenne mondiale. Cette tarification aurait le double objectif d'inciter les pays à faible émission par habitant à rejoindre le système commun de MRV et de faciliter le respect de la promesse d'opérer un transfert annuel de 100 Md$ à destination des pays les moins avancés. Dans un second temps, il faut constituer un marché transcontinental du carbone, à partir des systèmes d'échange de quotas de CO2 en Europe, en Chine et aux États-Unis. Interconnecter ces différents marchés exige de mettre en place une gouvernance commune pour s'assurer que les grands émetteurs s'engagent bien sur des trajectoires compatibles avec l'objectif de limitation du réchauffement climatique à 2 °C.

The Paris climate summer represents the last chance to lay the foundations for a universal agreement. An ambitious climate agreement is based on: (1) a commitment by governments, (2) an independent monitoring, reporting and verification (MRV) system and (3) the introduction of international carbon pricing. In this paper we propose a method combining taxation and allowances markets. First, the introduction of an international carbon bonus-malus system, with a tax of around $7 per tonne of CO2, calculated for each country on the basis of the difference between its average emissions per capita and the world average. This pricing system would have the dual objective of encouraging countries with low emissions per capita to join the common MRV system and of facilitating compliance with the pledge to make an annual transfer of $100 billion to the least developed countries. Second, the creation of a transcontinental carbon market, basedonthe emissions trading systems being developed in Europe, China and the United States. Interconnecting these markets requires setting up a common system of governance to ensure that major emitters fully commit themselves to trajectories consistent with the objective of limiting global warming to 2°C.

De Perthuis C., Moran D., Lin E., Han G., Guo L., Ju X., Saetnan E., Smith P., Nayak D., Koslowski F., Wang W. (2014), Greenhouse gas mitigation in Chinese agriculture: Distinguishing technical and economic potentials, Global Environmental Change, 26, p. 53–62

China is now the world's biggest annual emitter of greenhouse gases with 7467 million tons (Mt) carbon dioxide equivalent (CO2e) in 2005, with agriculture accounting for 11% of this total. As elsewhere, agricultural emissions mitigation policy in China faces a range of challenges due to the biophysical complexity and heterogeneity of farming systems, as well as other socioeconomic barriers. Existing research has contributed to improving our understanding of the technical potential of mitigation measures in this sector (i.e. what works). But for policy purposes it is important to convert these measures into a feasible economic potential, which provides a perspective on whether agricultural emissions reduction (measures) are low cost relative to mitigation measures and overall potential offered by other sectors of the economy. We develop a bottom-up marginal abatement cost curve (MACC) representing the cost of mitigation measures applicable in addition to business-as-usual agricultural practices. The MACC results demonstrate that while the sector offers a maximum technical potential of 402 MtCO2e in 2020, a reduction of 135 MtCO2e is potentially available at zero or negative cost (i.e. a cost saving), and 176 MtCO2e (approximately 44% of the total) can be abated at a cost below a threshold carbon price <=¥ 100 (approximately EUR12) per tCO2e. Our findings highlight the relative cost effectiveness of nitrogen fertilizer and manure best management practices, and animal breeding practices. We outline the assumptions underlying MACC construction and discuss some scientific, socioeconomic and institutional barriers to realizing the indicated levels of mitigation.

De Perthuis C., Trotignon R. (2014), Governance of CO2 markets: Lessons from the EU ETS, Energy Policy, 75, p. 100-106

The European emissions trading scheme (EU ETS) is the centerpiece of Europe?s climate policy. The system has been undermined variously by the weakness of its regulation, an undesirable overlap with other public policies and the far-reaching economic and financial crisis that caused the market price of allowances to plunge. This article attempts to identify the conditions for making the coming years of the EU ETS a success. It draws historical lessons from the eight years the scheme has been in operation, and then presents the various interventions by the public authorities currently under discussion in order to revive the market. Finally, the article proposes to draw lessons from monetary policy by outlining what might be the mandate of an Independent Carbon Market Authority, with responsibility for the dynamic management of the supply of allowances, and whose main mission would be to ensure the optimal linkage between the different temporal horizons of the climate strategy. This article could provide important lessons for schemes developing in the rest of the world, especially in South Korea or in China.

De Perthuis C. (2012), Pourquoi l'europe a besoin d'une banque centrale du carbone ?, Revue de l'OFCE, 120, p. 155-175

Dans cette contribution, nous examinons les voies d'un renforcement de la régulation du marché européen du carbone, outil central retenu par l'Union européenne pour atteindre ses objectifs climatiques et à ce jour premier système d'échange de permis au monde. Un tel renforcement implique une harmonisation et une centralisation plus poussées des fonctions classiques de surveillance d'un marché (sécurité des infrastructures, transparence de l'information, traque des positions dominantes, ...), difficiles à mettre en oeuvre dans le contexte institutionnel européen. Mais pour envoyer un signal permettant d'orienter l'économie sur la cible d'une réduction par cinq des émissions européennes à l'horizon 2050, il faudrait aller plus loin : créer un organisme indépendant sur le modèle d'une banque centrale avec une capacité d'intervention et une crédibilité suffisantes pour modifier les anticipations des industriels afin qu'ils réalisent aujourd'hui les investissements nécessaires pour mettre l'économie européenne sur la voie de la décarbonation.

Delbosc A., De Perthuis C. (2010), L'Europe et la tarification du carbone : quelques éléments de cadrage, Futuribles, 361, p. 15-24

La mise en place d'une taxe carbone nationale implique de prendre en compte les mécanismes de tarification des émissions de gaz à effet de serre déjà existants. Cet article dresse d'abord le bilan du fonctionnement du marché européen en termes de transactions et de prix. Il montre combien le dispositif d'ensemble a évolué depuis sa période de mise en route entre 2005 et 2007 et rappelle les implications du passage aux enchères prévu lors de la troisième phase (2013-2020). Dans un deuxième temps, l'article passe en revue les choix retenus par les différents pays étant parvenus à faire coexister une taxe carbone nationale avec le système européen des quotas. Il conclut en s'interrogeant, au-delà du cas français, sur les voies les plus prometteuses d'une extension de la tarification du carbone en Europe

Shaw S., De Perthuis C. (2010), Normes, écotaxes,marchés de permis : quelle combinaison optimale ?, Les Cahiers Français, 355, p. 49-54

De Perthuis C. (2010), Quel avenir pour la taxe carbone en France ? les choix économiques après la censure du Conseil Constitutionnel, Futuribles, 361, p. 5-14

L'articulation entre une taxe carbone nationale et le système européen d'échange de quotas pose de fait une double difficulté : il faut faire coexister un mécanisme de tarification du carbone par le marché avec un mécanisme de tarification par l'impôt ; il faut simultanément faire converger des règles européennes régissant le marché avec des règles nationales. Pour y parvenir, il est utile de rappeler comment fonctionnent les mécanismes existants et les choix retenus par les pays ayant réussi à faire coexister une axe nationale avec le système européen des quotas de CO2. C'est ce que fait cet article avant d'examiner les différentes pistes permettant de sortir de la situation actuelle.

Delbosc A., De Perthuis C. (2010), Négociations climatiques : les enjeux du post-Copenhague, L'Economie politique, 2, 46, p. 70-81

Lecourt S., Shaw S., De Perthuis C. (2010), Quel(s) type(s) d'instrument(s) employer pour lutter contre le changement climatique ?, Vie et sciences économiques, 1, 183-184, p. 71-82

Cet article décrit la théorie et l'application pratique des deux principaux instruments - économique et de régulation - utilisés dans les politiques environnementales et, en particulier, dans les politiques de lutte contre le changement climatique. Il présente le contexte et les problématiques en jeu dans le choix des instruments à différents niveaux (national, régional, international), et analyse les perspectives pour une harmonisation de ces instruments et leur extension à un plus grand nombre d'acteurs, en vue d'atteindre une politique climatique plus efficace et efficiente.

This article describes the theoretical basis and real-life application of the two main types of instruments - regulatory and economic - used in environmental protection policy, and in particular, in climate change policy. It outlines the context and issues at stake in the choice of instrument at various levels (national, regional, international) and analyses the perspectives for harmonising these instruments while broadening their reach to a greater number of actors, with a view to achieving a more efficient and effective global climate Policy.

De Perthuis C. (2009), Le débat sur la taxe carbone. Les économistes au chevet du climat, Futuribles, 356, p. 5-12

Dans la lignée du Grenelle de l'environnement tenu en 2007, dont la concrétisation politique (les « lois Grenelle ») se poursuit, un débat est en cours en France concernant la mise en place possible d'une contribution « climat et énergie ». En effet, la France a pris l'engagement de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050, et l'instauration d'une telle contribution -- plus couramment qualifiée de « taxe carbone » -- fait partie de la palette d'instruments dont elle dispose pour y parvenir. Christian de Perthuis, qui connaît parfaitement ces questions, présente ici ce débat, qui a pris une tournure nouvelle avec la tenue, en juillet 2009, d'une conférence d'experts suivie d'une table ronde « de haut niveau » présidée par Michel Rocard, qui en a tiré un rapport assez complet sur les tenants et aboutissants d'une contribution climat et énergie en France. Après un rappel de la place de la taxe carbone dans le contexte des régulations internationales (notamment par rapport au marché des droits d'émission de carbone), il montre quelles sont les possibilités en la matière : assiette et taux d'une telle contribution, conditions d'acceptabilité sociale... L'objectif, rappelle l'auteur, est bien de mettre en place une contribution visant à infléchir les comportements des citoyens, de telle sorte qu'à long terme, la taxe ne se justifie plus ; et à l'échelle internationale, une telle taxe carbone ne serait en rien exclusive d'un système de marché de permis d'émission. En somme, à quelques semaines de la conférence de Copenhague, destinée à donner une suite au protocole de Kyoto de lutte contre le changement climatique, le débat bat son plein.

Leguet B., De Perthuis C., Delbosc A. (2009), Quelle feuille de route pour Copenhague ?, Regards croisés sur l'économie, 2, 6, p. 246-257

De Perthuis C. (2009), Rente carbone contre rente pétrole ?, Economies et Sociétés. Série EN, Economie de l'énergie, 43, 10, p. 1603-1612

De Perthuis C. (2007), The Stern Review : commitment to action in the face of climactic risk, Revue d'Economie Politique, 117, 4, p. 523-531

La Stern Review constitue à ce jour la synthèse la plus complète et la plus didactique sur l'économie du changement climatique. Malgré les apparences, elle ne constitue pas un simple manuel de référence. Son intérêt majeur est le parti pris de l'auteur en faveur de l'action face au changement climatique. Sa principale recommandation est la mise en place d'un marché international de permis d'émission permettant de coordonner l'action conduite par les différents pays. Un tel dispositif qui n'est pas celui recommandé en situation d'incertitude par l'analyse économique classique, semble être le seul qui puisse être accepté par une coalition suffisamment large d'acteurs. Pour être efficace un tel marché ne doit être que l'un des volets d'une politique plus générale qui agisse également sur l'innovation technologique, la solidarité avec les pays du Sud et le financement des infrastructures collectives, notamment en matière d'urbanisation, de transports collectifs et d'adaptation aux conditions climatiques de demain.

The Stern Review constitutes today the most complete and didactic synthesis of the economics of climate change. Despite appearances, it is not, however, a simple reference manual. Its most attractive feature is the author's commitment to action in the face of climactic risk. The report's principle recommendation is the implementation of an international emission permit market permitting the coordination of action guided by the different countries. Such a mechanism, which is not recommended for use in uncertain situation within classical economics, appears to be the only option acceptable to a sufficiently large coalition of actors. Nevertheless, to be efficient, such a market must only be a single component of a larger political approach, further including technological innovation, solidarity with the southern countries and the financing of collective infrastructure, most notably in terms of urbanization, public transportation and adaptation to the climatic conditions of tomorrow.

De Perthuis C. (2006), Foreword : The end of free carbon, Revue d'Economie financière, 83, p. 7-9

De Perthuis C. (2006), The European CO2 emissions market: what has been learned after one year ?, Revue d'Economie financière, 83, p. 111-127

To prepare for the first Kyoto Protocol commitment period (from 2008 to 2012) it decided to set up a European market for trading carbon dioxide by 2005. The volumes traded on this market and the solidity of its institutional foundation rapidly made it the epicentre of the global carbon market. And yet Europe seems reluctant to provide the necessary political support to this innovative new instrument capable of strengthening its position in the international arena. This paper provides an assessment of this market's functioning and suggests some ways to enable it to protect the climate more effectively.

De Perthuis C. (2005), Kyoto Protocol : Post-2012 Issues, La Revue internationale et stratégique, 4, 60, p. 127-138

Première réalisation d'une action internationale concertée sur les risques de l'évolution climatique, le protocole de Kyoto pourrait être, à long terme, le moteur d'une transformation drastique du fonctionnement de nos sociétés. L'imposition de quotas de rejets des gaz à effet de serre et la fin de la gratuité du dioxyde de carbone créent un nouveau marché : celui des permis d'émission qui semble potentiellement vecteur d'un bouleversement majeur de nos modes de production et de consommation et donc de nos systèmes économiques. L'ampleur de cet enjeu constitue l'horizon de négociation des différents acteurs internationaux et, on le devine, le point de cristallisation des stratégies, tensions, compromis, blocages et autres luttes d'intérêts.

The Kyoto Protocol was the first implementation of a concerted international action tackling the risks raised by climate change. In the long run, it could become the driving force of a drastic shift in the way our societies operate. The enforcement of quotas on greenhouse gas emissions and the end of free release of carbon dioxide have created a new market. The licence restricting emissions could potentially cause a major overhaul in our ways of production and consumption, therefore changing our economic systems. The magnitude of this shift is at the center of negotiations between the different international actors, which includes the combination of strategies, tensions, compromises and other struggles of interests.

Ouvrages

Jouvet P-A., De Perthuis C. (2013), Le capital vert : une nouvelle perspective de croissance, Paris, O. Jacob, 279 p.

Pour les auteurs, la nature est un ensemble de systèmes régulateurs comme l'eau ou le climat, mais qui est menacé par les modes de croissance actuels. Ils proposent de considérer ces systèmes comme un facteur de production naturel et d'aller vers une économie verte. Des exemples sont pris pour guider les collectivités et les entreprises.

De Perthuis C., Delbosc A. (2012), Et si le changement climatique nous aidait à sortir de la crise ? idées reçues sur l'action contre le changement climatique, Paris, Le Cavalier Bleu, 158 p.

De Perthuis C. (2011), Economic choices in a warming world, Cambridge, Cambridge University Press, 250 p.

Since the publication of the Stern Review, economists have started to ask more normative questions about climate change. Should we act now or tomorrow ? What is the best theoretical carbon price to reach long-term abatement targets? How do we discount the long-term costs and benefits of climate change? This provocative book argues that these are the wrong sorts of questions to ask because they don't take into account the policies that have already been implemented. Instead, it urges us to concentrate on existing policies and tools by showing how the development of carbon markets could dramatically reduce world greenhouse gas (GHG) emissions, triggering policies to build a new low-carbon energy system while restructuring the way agriculture interacts with forests. This provides an innovative new perspective on how a post-Kyoto international climate regime could emerge from agreements between the main GHG emitters capping their emissions and building an international carbon market.

De Perthuis C., Convery F., Ellerman D. (2010), Pricing carbon : the European Union Emissions Trading Scheme, New York, Cambridge University Press, 390 p.

Convery F., Ellerman A., De Perthuis C. (2010), Analyse financière et comptabilité, Paris, Pearson, 325 p.

Présentation du système européen d'échange de quotas de CO2 établi à compter de 2003. Les auteurs montrent ensuite comment s'est faite sa mise en place et dressent un bilan de sa première période de fonctionnement (2005-2007). L'analyse globale de ce système permet de comprendre l'intérêt d'un prix carbone et les enjeux de la politique européenne en matière d'énergie-climat.

De Perthuis C. (2010), Et pour quelques degrés de plus... : changement climatique incertitudes et choix économiques, Paris, Pearson, 290 p.

Un essai engagé dans lequel l'auteur met en lumière les enjeux de la conférence de Copenhague et propose des actions pour inciter l'économie mondiale à lutter contre le réchauffement climatique. La réduction des émissions de gaz à effet de serre, l'incitation au développement propre et l'intensification de l'agriculture pour la préservation de la forêt sont quelques-uns des points abordés.

De Perthuis C. (2009), Le changement climatique, Paris, Le Cavalier Bleu, 127 p.

De Perthuis C. (2003), La génération future a-t-elle un avenir ? développement durable et mondialisation, Paris, Belin, 191 p.

Direction d'ouvrages

De Perthuis C., Jouvet P-A. (2011), Climate Economics In Progress 2011, Paris?, Economica, 240 p.

Climate Economics in Progress offre une vue d'ensemble de l'action contre le changement climatique. Basé sur les données les plus récentes, cet ouvrage analyse le développement des marchés du carbone en Europe et dans d'autres parties du monde. Il examine également les conditions requises pour que des acteurs majeurs, comme la Chine, mais aussi des secteurs tels que l'agriculture, la forêt ou le transport, puissent être impliqués dans le combat contre le réchauffement climatique. Ce livre est essentiel pour mieux comprendre les dernières avancées dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, et pose les bases d'une nouvelle forme de croissance économique.

Chapitres d'ouvrage

Trotignon R., De Perthuis C. (2013), Governance of CO2 markets: lessons from the EU ETS, in Geoffron P. (eds), Climate Economics in Progress 2013, Paris, CDC Climat, Université Paris-Dauphine, p. 77-93

The economic literature differentiates "command and control" policies, in which the public authority sets up standards and rules to directly reduce environmental damage, from policies based on "economic tools" aiming at internalizing the cost of environmental damage. There is a broad consensus among economists in favour of economic tools that aim at protecting the environment in the most efficient way, i.e. by minimizing the total cost of pollution abatement. Despite those recommendations, most of the environmental policies implemented in the real world continue to favour command and control policies.

Shaw S., De Perthuis C. (2010), Carbon market and climate negotiations, in Fessler D., Lautier D., Lasry J-M. (eds), The economics of sustainable development, Paris, Economica, p. 248-264

In the wake of the Copenhagen Conference and the outstanding issue of shaping climate change mitigation for the period beyond that covered by the Kyoto protocol, this paper puts into context the various economic instruments available fot tackling climate change, and highlights the emergence, as a result of the framework of instruments provided by the Kyoto protocol, of carbon markets, (...)

Leguet B., Delbosc A., De Perthuis C. (2009), La place des instruments économiques dans les négociations internationales sur le climat, in Tirole J. (dir.), Politique climatique : une nouvelle architecture internationale. Rapport du Conseil d'Analyse économique, Paris, La Documentation française, p. 115-143

Communications

De Perthuis C. (2011), Is there a room for a "CO2 Central Bank"?, Energy and carbon markets regulation : what is at stake ?, Florence, Italie

De Perthuis C. (2011), EU-ETS between textbook and reality : prevention of Carbon leakage, impacts of the carbon price, surplus permits, windfall profits, Workshop on : "the functioning of the ETS and the flexible mechanisms", Bruxelles, Belgique

De Perthuis C. (2010), Le prix au carbone : sauver le monde en 2080, ou sortir de crise en 2011 ?, Conférence de la Chaire Economie du Climat, Chaire CDC Climat de l'Université Paris-Dauphine : "Changement climatique et sortie de crise", Paris, France

Documents de travail

De Perthuis C., Gonand F., Trotignon R. (2014), La réforme de l'EU ETS dans le Paquet Energie Climat 2030 : Premières leçons à partir du modèle ZEPHYR, Policy Brief, Paris, Université Paris Dauphine, Chaire Economie du Climat, 6

La Commission a publié le 22 janvier ses propositions en vue du futur « Paquet énergie - climat 2030 » qui seront soumises au Conseil européen des 20 et 21 mars prochain. Elles évoquent la création d'une « réserve de stabilité » pour le marché européen du CO².

De Perthuis C. (2013), La « transition énergétique » : Les ambiguïtés d'une notion à géométrie variable, Les Cahiers de la Chaire Economie du Climat, Série Information et débats, Paris, Université Paris Dauphine, 12

Le « grand débat sur la transition énergétique » lancé par le gouvernement à la suite de la conférence environnementale déploie beaucoup d'énergies et accapare l'attention des médias. Ce qui mobilise désormais, ce n'est plus l'action face au changement climatique, mais la transition énergétique dont le climat ne semble constituer que l'une des composantes. La dérive sémantique, observée en France aussi bien qu'à l'étranger, n'est pas anodine : ce concept à géométrie variable peut en réalité justifier des orientations et stratégies politiques qui se tournent le dos. Il est urgent de définir avec plus de rigueur ce qu'on appelle une transition énergétique et le type de celle qu'on veut mettre en oeuvre. Les implications en sont importantes pour la prise de décision comme le montre l'exemple du gaz de schiste pris ici en illustration.

De Perthuis C., Trotignon R. (2013), Pourquoi et comment redresser le système européen des quotas de CO², Les Cahiers de la Chaire Economie du Climat, Série Information et débats, Paris, Université Paris-Dauphine, 10

Après une analyse rapide des facteurs qui concourent aux dysfonctionnements actuels, cette note passe en revue les voies proposées par la Commission dans son document de consultation.

De Perthuis C., Trotignon R. (2012), Marché européen des quotas de CO2 : Les enjeux du passage à la phase 3, Les Cahiers de la Chaire Economie du Climat. Série Information et Débats, Paris, 26

Le système européen d'échanges de quotas de CO2 constitue le pivot de la politique climatique européenne visant à mettre la société sur une trajectoire sobre en carbone aux meilleures conditions économiques. Ce système a été affaibli par la faiblesse de sa régulation, par un chevauchement indésirable avec d'autres politiques publiques et par l'ampleur de la crise économique et financière qui a fait plonger le prix du quota sur le marché. Ce Cahier de la Chaire Economie du Climat tente d'identifier les conditions permettant de réussir le passage à la phase 3 du marché (2013-2020). Il tire les leçons historiques de huit années de fonctionnement qui révèlent l'extraordinaire sensibilité du marché à tout changement même modéré des conditions de l'offre et de la demande. Il évalue ensuite, à l'aide du modèle ZEPHYR-Flex, les différentes interventions des pouvoirs publics actuellement discutées pour faire remonter le prix du quota sur le marché ; ces simulations révèlent le risque de report des difficultés sur le futur en brouillant un peu plus la visibilité dont ont besoin les acteurs sur le long terme. Il propose enfin de tirer les leçons de la politique monétaire en esquissant ce que pourrait être le mandat d'une Autorité Indépendante de Régulation, en charge d'une gestion dynamique de l'offre de permis et dont la mission principale serait, à l'instar d'une banque centrale, d'assurer une articulation optimale entre les différents horizons temporels de la stratégie climatique.

Jouvet P-A., De Perthuis C. (2012), La croissance verte : de l'intention à la mise en oeuvre, Les Cahiers de la Chaire Economie du Climat. Série Information et Débats, Paris, Chaire Economie du Climat, 38

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le monde est engagé sur une croissance permettant de doubler le produit intérieur brut par tête tous les vingt-cinq ans. A partir de 1973, la croissance s'est redéployée, amorçant avec la montée en régime des économies émergentes un correctif à la polarisation séculaire de la richesse sur les pays occidentaux et le Japon. Les craintes que le mur de la rareté des matières premières ne bloque le processus ont été déjouées. La démographie et l'élargissement de la croissance menacent en revanche d'altérer des fonctions régulatrices majeures comme la stabilité du climat, le maintien de la diversité biologique, le cycle de l'eau. La croissance verte consiste à transformer les processus de production et de consommation pour préserver ou reconstituer ces fonctions régulatrices du capital naturel.

De Perthuis C. (2011), Carbon markets regulation : the case for a CO2 Central Bank, Les cahiers de la chaire Economie du climat. Série Information et débats, Paris, Université Paris-Dauphine, 16

De Perthuis C., Elbeze J. (2011), Vingt ans de taxation du carbone en Europe : les leçons de l'expérience, Les cahiers de la chaire Economie du climat. Série Information et débats, Paris, Université Paris-Dauphine, 40

Lecocq F., Hallegatte S., De Perthuis C. (2011), Designing Climate Change Adaptation Policies : An Economic Framework, Policy Research Working Paper, Washington, DC, The World Bank, 41

Adaptation has long been neglected in the debate and policies surrounding climate change. However, increasing awareness of climate change has led many stakeholders to look for the best way to limit its consequences and has resulted in a large number of initiatives related to adaptation, particularly at the local level. This report proposes a general economic framework to help stakeholders in the public sector to develop effective adaptation strategies. To do so, it lays out the general issues involved in adaptation, including the role of uncertainty and inertia, and the need to consider structural changes in addition to marginal adjustments. Then, it identifies the reasons for legitimate public action in terms of adaptation, and four main domains of action: the production and dissemination of information on climate change and its impacts; the adaptation of standards, regulations and fiscal policies; the required changes in institutions; and direct adaptation actions of governments and local communities in terms of public infrastructure, public buildings and ecosystems. Finally, the report suggests a method to build public adaptation plans and to assess the desirability of possible policies.

Casella H., Delbosc A., De Perthuis C. (2010), Cancun : L'an un de l'après Copenhague, Les cahiers de la chaire Economie du climat. Série Information et débats, Paris, Université Paris-Dauphine, 28

De Perthuis C., Trotignon R. (2010), La lutte internationale contre le changement climatique : les difficultés d'une gouvernance environnementale, Les Cahiers du PREC. Série Information et débats, Paris, Université Paris-Dauphine, 12

La stabilité du climat est le prototype d'un bien commun dont bénéficie chaque habitant de la planète où qu'il se trouve. Pour préserver ce bien, il apparaît nécessaire de réduire radicalement les émissions globales de gaz à effet de serre. Individuellement, chaque acteur ou pays a intérêt à ce que l'effort de réduction soit porté par les autres. Réciproquement, si un groupe de pays s'engage dans une action ambitieuse, le risque est grand que cet effort soit annulé par d'autres pays ne se soumettant à aucune contrainte. Cette situation particulière fait du débat climatique un cas d'école des questions de gouvernance internationale en matière d'environnement. Cet article revient sur la mise en place du cadre de négociation actuel, en insistant sur les quatre piliers de la gouvernance climatique internationale : la promotion et la diffusion de l'information scientifique, le système d'engagements, les normes de mesure, de reporting et de vérification, et les instruments économiques.

Lecourt S., Shaw S., De Perthuis C. (2010), Normes, écotaxes, marchés de permis : quelle combinaison optimale face au changement climatique ?, Les Cahiers du PREC. Série Information et débats, Paris, Université Paris-Dauphine, 14

Les politiques de lutte contre les rejets de polluants combinent deux types d'instruments principaux : réglementaire et économique. Le premier est le plus couramment utilisé par les gouvernements, notamment sous forme de normes fixant des limites d'émissions par unité produite ou consommée. La régulation par les normes est efficace sous l'angle écologique si elle est utilisée de façon habile par les pouvoirs publics. Du point de vue économique, elle présente l'inconvénient d'un coût élevé car le régulateur ne connaît que très imparfaitement la distribution des coûts de mise en conformité au sein des entités régulées. C'est pourquoi les économistes préconisent depuis longtemps la mise en place d'outils économiques, qui permettent d'atteindre les mêmes résultats environnementaux à moindre coût. Cette catégorie d'instrument comprend les taxes et les systèmes de permis d'émission échangeables, et se caractérise par la tarification de la nuisance environnementale afin de l'internaliser dans le calcul économique du pollueur. Cet article présente ces deux types d'instruments et leur utilisation dans le cadre de politiques environnementales et notamment dans la lutte contre le changement climatique.

Retour à la liste