Curriculum vitae

Samson Anne-Laure

Maître de conférences

Anne-Laure.SAMSONping@dauphinepong.fr
Tel : 01 44 05 46 33
Bureau : A524

Publications

Articles

Dormont B., Samson A-L. (2015), Does it pay to be a general practitioner in France?, Annals of Economics and Statistics, 119-120, p. 149-178

The aim of this paper is to determine if the profession of GP is financially attractive in France.Using longitudinal data, we created two samples of 1,389 self-employed GPs and 4,825 salariedexecutives observed from 1980 to 2004. These two professions require high qualification levels,but studying to become a GP takes longer. To measure if GPs get returns that compensate fortheir investment in education, we analyze GPs' and executives' career profiles and construct ameasure of individual wealth that takes into account all earnings from the age of 24, includingyears with no or low income for GPs before they set up their practice.Econometric analysis shows that after an initial period of patient recruitment, physicians experiencea flatter career profile than executives. We also find that GP incomes for recent cohorts arefavored by the low numerus clausus applied when they were in medical school.Stochastic dominance analysis shows that, for men, wealth distributions do not differ significantlybetween GPs and executives, but, for women, GP wealth distribution dominates executive wealthdistribution at the first order. Hence, the relative return on medical studies is higher for women.While for men there is no monetary advantage or disadvantage in being a GP, for women, it ismore profitable to be a GP than an executive. This can explain the large proportion of femaleGPs and the strong increase in the share of women among medical students.

Grand H., Samson A-L., Aulois-Griot M. (2014), PSY72 - Orphan Drug Pricing In France: Influence of Main Factors, Value in Health, 17, 7, p. A534

Orphan drugs (OD) require considerable expenditures, which causes difficulties in their market access. For several years, the price of these new therapies has often been criticized and considered as too high. However few studies about OD pricing mechanisms are available. The aim of the paper is to highlight the main factors that influence OD pricing in France.

Bailly C., Bouee S., Emery C., Samson A-L., Cotté F. (2014), PCV26 - Real World Incidences And Hospital Cost Of Venous And Pulmonary Thromboembolic Events In France, Value in Health, 17, 7, p. A477

To estimate the cumulative incidence and hospital cost for venous and pulmonary thromboembolic events in a real world setting in France.

Bailly C., Cotté F., Bouee S., Samson A-L., Emery C. (2014), PCV60 - Burden Of Cardiovascular Complications In Patients With Atrial Fibrillation In France, Value in Health, 17, 7, p. A483

Atrial fibrillation (AF) is associated with numerous cardiovascular (CV) complications. The objective of this study was to estimate the national annual burden of CV complications in patients with AF in hospitals.

Delattre E., Samson A-L. (2013), Location strategies of French GPs: Economic and hedonic mechanisms?, Economie et statistique, 455-456, p. 115-142

En France, la densité médicale est élevée mais les médecins généralistes sont très inégalement répartis sur le territoire. Parce qu'elle renvoie à des questions d'équité et d'efficacité, cette mauvaise répartition constitue aujourd'hui un enjeu majeur de la régulation de la démographie médicale. Un échantillon exhaustif de 9 000 médecins généralistes ayant débuté leur carrière libérale entre 1997 et 2002 est mobilisé afin d'analyser les déterminants des choix individuels de localisation des médecins généralistes et, ainsi, de rendre compte des outils qui pourraient être utilisés spécifiquement au niveau régional pour modifier leurs comportements de localisation. Nous modélisons deux décisions : le choix du changement de région entre la date de la soutenance de la thèse et l'installation et le choix de la région d'exercice pour les seuls médecins qui quittent la région où ils ont soutenu leur thèse. Au travers de ces choix individuels, nous étudions en particulier l'attractivité monétaire des régions afin de déterminer dans quelle mesure les comportements des médecins pourraient être influencés par l'instauration de primes à l'installation dans les zones sous-dotées en médecins. Nous observons un comportement marqué de sédentarité chez les médecins, qui s'installent en grande majorité dans la région de leur thèse. Les politiques doivent donc être orientées, en priorité, vers les étudiants en médecine. Nous montrons par ailleurs que les politiques d'incitation financière à l'installation dans des zones sous-dotées en médecins seraient susceptibles d'influencer la localisation des médecins, même si la modification de la répartition qui en résulterait serait quantitativement d'une faible ampleur. En effet, les primes devraient être d'un montant très élevé pour compenser la perte de qualité de vie consentie par les médecins. Les mécanismes financiers incitatifs ne peuvent donc pas être les seuls leviers de correction des inégalités de répartition des médecins.

Samson A-L., Donnet S. (2013), A review on estimation of stochastic differential equations for pharmacokinetic/pharmacodynamic models, Advanced Drug Delivery Reviews, 65, 7, p. 929-939

This paper is a survey of existing estimation methods for pharmacokinetic/pharmacodynamic (PK/PD) models based on stochastic differential equations (SDEs). Most parametric estimation methods proposed for SDEs require high frequency data and are often poorly suited for PK/PD data which are usually sparse. Moreover, PK/PD experiments generally include not a single individual but a group of subjects, leading to a population estimation approach. This review concentrates on estimation methods which have been applied to PK/PD data, for SDEs observed with and without measurement noise, with a standard or a population approach. Besides, the adopted methodologies highly differ depending on the existence or not of an explicit transition density of the SDE solution.

Samson A-L., Bellamy V. (2012), Le secteur optionnel : effet d'aubaine ou outil de régulation des dépassements ?, Economie publique, 1-2, 28-29, p. 197-238

Cet article étudie ex ante l'efficacité du secteur optionnel (aussi appelé « option de coordination renforcée »), secteur de conventionnement proposé en mars 2012 aux médecins du secteur 2 exerçant des spécialités de chirurgie, d'anesthésie ou d'obstétrique et instauré dans le but de réduire la pratique des dépassements d'honoraires. Nous utilisons des données individuelles issues d'un appariement entre deux sources de données administratives, les fichiers de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) et les fichiers des déclarations de revenus de la Direction générale des finances publiques (DGFiP), afin de simuler l'impact de la mise en place de ce secteur sur les montants de dépassements pratiqués ainsi que son coût pour l'Assurance Maladie. Nous montrons que près de 40 % des médecins des trois spécialités concernées auraient intérêt à adhérer au secteur optionnel, mais cette adhésion aurait un impact limité sur les dépassements : ces derniers diminueraient de seulement 7 %, et augmenteraient même sous certaines hypothèses. En contrepartie, le supplément de cotisations versées par l'assurance maladie s'élèverait à 40 millions d'euros environ. Au-delà du seul secteur optionnel, nous étudions d'autres pistes afin d'alimenter le débat sur la régulation de la pratique des dépassements d'honoraires dans un contexte de forte diminution de l'offre à tarifs opposables : le secteur optionnel rendu obligatoire pour tous les médecins du secteur 2 ou pour les médecins s'installant dans des zones déjà densément pourvues en médecins.

In France, physicians, who are paid under a fee-for-service scheme, belong to two "sectors": in sector 1, overbilling is forbidden whereas it is allowed in sector 2. Given the huge increase in overbilling over the past few years, the French government decided in March 2012 to create a new sector (named "secteur optionnel") that restricts the amount of overbilling allowed, and that physicians can voluntarily join. Using two exhaustive datasets on all physicians practicing in France in 2008 (one drawn from fiscal records, the other by the public health insurance), the aim of the paper is to examine the attractiveness of this new sector, its potential impact on the global amount of overbilling and its cost for the public health insurance. We find that 40% of physicians would benefit financially from joining this new sector but the impact on overbilling appears to be rather limited: depending on the assumptions, it would lead to a 7% drop or to a small increase. Beyond the legal definition of the "secteur optionnel", we study the impact of several other possible mechanisms aimed at controlling overbilling: making the "secteur optionnel" compulsory for all physicians, or only for those who settle in an area where medical density is already very high. Our simulations cast a new light on the debate on excess medical fees and their regulation, in a context in which the offer under reference fees is running rare.

Samson A-L. (2011), Do French Low-Income GPs Choose to Work Less ?, Health Economics, 20, 9, p. 1110-1125

In France, a significant number of General Practitioners (GPs) earn less than 1.5 times the French minimum salary. Using a representative panel of self-employed GPs over the years 1993-2004, this paper tests whether these low-income GPs choose to work less than all other GPs or whether they are constrained to do so. The test is based on measuring reactions to positive and negative demand shocks. As low-income GPs do not increase activity in response to a positive demand shock but decrease activity in response to a negative demand shock, it appears that their low-income status is attributable to a strong preference for leisure.

Samson A-L., Dormont B. (2011), Multiple effects of fee-for-service payment on general practitioners' income. Results of several econometric studies in France, Revue Française des Affaires Sociales, 2, 2-3, p. 156-179

Cet article propose une synthèse des connaissances sur les revenus des médecins en France, issues de travaux économétriques menés à partir d'un panel représentatif de médecins généralistes. Il examine l'influence du paiement à l'acte sur les comportements d'offre de soins et la régulation de la médecine ambulatoire. Nos estimations montrent l'impact décisif de la densité médicale sur les revenus des médecins : fortes disparités de rémunération en fonction du département ou de la région d'exercice, comportements de demande induite et influence durable de la démographie médicale au moment de l'installation (liée aux fluctuations du numerus clausus). Du fait de leur exercice libéral, les médecins ont, par ailleurs, une grande liberté dans l'allocation de leur temps de travail au cours de leur vie professionnelle, ce dont témoigne le profil atypique de leurs honoraires au cours de leur carrière ainsi que l'existence de médecins à faibles revenus. Enfin, en tenant compte de la longueur spécifique des études de médecine, nous montrons que les revenus cumulés des médecins, sur l'ensemble de leur carrière, sont d'un montant comparable à ceux des cadres supérieurs du secteur privé.

This article offers a synthesis of current knowledge concerning the income of doctors in France. Drawing on econometric studies of a representative panel of general practitioners, it examines the influence of fee-for-service payment on their health care supply behaviour and on outpatient medicine regulation. The authors highlight the crucial impact of local medical density on doctors' income : sharp discrepancies according to the district or region, supply-induced demand, lasting influence of medical demography when a doctor settles in a new area (depending on numerous clausus fluctuations). On the other hand, as independent operators, private doctors enjoy considerable freedom in terms of work schedules, as shown by their atypical and widely discrepant income profiles. Finally, factoring in the lengthy medical studies that doctors have to follow in their youth, the authors show that their cumulative comparable earnings over their entire career are comparable to those of senior managers in the private sector.

Samson A-L. (2011), Comportements d'offre de soins et revenus des médecins généralistes : l'influence de la régulation de la médecine ambulatoire, Journal d'économie médicale, 29, 5, p. 247-269

Cet article propose une synthèse de travaux micro-économétriques sur les revenus des médecins libéraux, menés à partir d'un panel représentatif de médecins généralistes. Il présente les résultats de différentes études qui s'interrogent sur l'impact de la régulation de la médecine ambulatoire (paiement à l'acte, numerus clausus à l'entrée des études médicales mais également liberté dans l'allocation du temps de travail et dans la localisation géographique) sur les comportements d'offre de soins et les revenus des médecins généralistes. Nos estimations montrent que les médecins utilisent la latitude dont ils disposent dans l'allocation de leur temps de travail pour moduler fortement leur activité au cours de leur carrière. En outre, certains médecins, probablement en raison d'une préférence marquée pour le loisir, font le choix d'avoir une faible activité, durablement, sur l'ensemble de leur carrière. Le paiement à l'acte relie étroitement les revenus des médecins à leur activité. On observe donc de fortes disparités de rémunération liées au contexte démographique connu par le médecin lors de son installation mais également liées au niveau de la densité médicale qui prévaut dans son département d'exercice. Si on s'intéresse à l'attractivité financière de la médecine générale, les généralistes ne semblent pas lésés, ni pour autant privilégiés : en tenant compte de la longueur spécifique de leurs études, nous montrons que leurs revenus cumulés, sur l'ensemble de leur carrière, sont d'un montant comparable à ceux des cadres du secteur privé.

Samson A-L. (2009), Faut-il remettre en cause le paiement à l'acte des médecins ?, Regards croisés sur l'économie, 5, p. 144-158

Samson A-L., Dormont B. (2009), Démographie médicale et carrières des médecins généralistes : les inégalités entre générations, Economie et Statistique, 414, p. 3-30

En France, l'offre de soins ambulatoires est régulée depuis 1971 par le numerus clausus, qui fixe le nombre d'étudiants admis en deuxième année de médecine. Fixé initialement à 8 588 places, il n'a vraiment diminué qu'à partir de 1978, jusqu'à atteindre 3 500 places en 1993. L'arrivée des cohortes nombreuses du baby-boom et la faiblesse des restrictions initiales ont permis l'installation de générations nombreuses de médecins débutants. Ce n'est qu'à partir de 1987 (soit neuf ans après 1978, du fait de la durée des études médicales) que l'on observe un impact du numerus clausus sur le nombre de médecins débutants. Un panel représentatif des généralistes du secteur 1 sur la période 1983-2004 permet d'analyser les déterminants de leurs honoraires et l'impact des fluctuations du numerus clausus sur leurs carrières. La localisation et les revalorisations tarifaires ont un impact considérable sur les honoraires. Les profils de carrières des médecins diffèrent fortement de ceux des salariés : toutes choses égales par ailleurs, leurs honoraires progressent rapidement en début de carrière pour diminuer en moyenne dès la douzième année d'expérience. Tout se passe comme si les médecins préféraient concentrer leur effort au début de leur expérience professionnelle pour alléger ensuite leur charge de travail. Les honoraires des médecins dépendent fortement de la situation de la démographie médicale lors de leur installation. L'écart entre les honoraires permanents des différentes cohortes peut atteindre 20 %, toutes choses égales par ailleurs. Les cohortes installées dans les années 1980 subissent les impacts conjoints du baby-boom et d'un numerus clausus élevé : elles perçoivent les honoraires les plus faibles. La diminution du numerus clausus a permis d'améliorer la situation des cohortes ultérieures. Une comparaison des distributions d'honoraires en termes de dominance stochastique montre que les écarts liés à l'hétérogénéité non observée ne compensent pas les différences

Samson A-L., Dormont B. (2008), Medical demography and intergenerational inequalities in general practitioners' earnings, Health Economics, 17, 9, p. 1037-1055

This article examines the link between restrictions on the number of physicians and general practitioners' (GPs) earnings. Using a representative panel of 6016 French self-employed GPs over the years 1983-2004, we estimate an earnings function to identify experience, time and cohort effects. The estimated gap in earnings between good and bad cohorts can be as large as 25%. GPs who began their practices during the eighties have the lowest permanent earnings: they belong to the large cohorts of the baby-boom and face the consequences of an unlimited number of places in medical schools. Conversely, the decrease in the number of places in medical schools led to an increase in permanent earnings of GPs who began their practices in the mid-nineties. A stochastic dominance analysis shows that unobserved heterogeneity does not compensate for average differences in earnings between cohorts. These findings suggest that the first years of practice are decisive for a GP. If competition between physicians is too intense at the beginning of their careers, they will suffer from permanently lower earnings. To conclude, our results show that the policies aimed at reducing the number of medical students succeeded in buoying up physicians' permanent earnings.

Chapitres d'ouvrage

, Régulation des tarifs et comportments d'offre de soins des généralistes : les leçons de l'encadrement du secteur 2, in Zaidman C., Roussel R. (dir.), Comptes nationaux de la santé 2013, Paris, Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques. France, p. 123-135

Alors que les prix pratiqués par les médecins de secteur 1 sont fixés et régulés, les médecins de secteur 2 ont la possibilité de pratiquer avec « tact et mesure » des dépassements d'honoraires pour les mêmes actes. Depuis le 1 er décembre 1989, l'accès au secteur 2 est restreint aux ex-chefs de cliniques et assistants des hôpitaux. Cet encadrement de l'accès au secteur 2 avait pour but de réguler la pratique des dépassements d'honoraires. Cette étude utilise cette réforme pour évaluer empiriquement l'impact du secteur de conventionnement sur l'offre de soins fournie par les médecins et sa composition, ainsi que sur leurs honoraires et leurs revenus. L'analyse porte uniquement sur les médecins généralistes, principale spécialité affectée par la réforme. Les résultats suggèrent un impact fort de la régulation des tarifs sur l'offre de soins. La baisse signifi- cative des tarifs pratiqués conduit, pour les méde cins généralistes de secteur 1 qui auraient souhaité adhérer au secteur 2, à une activité plus important e que ce qu'elle aurait été si ces derniers avaient effectivement pu adhérer au secteur 2. Les homme s réagissent plus fortement que les femmes : l'augmentation de leur activité est plus importante, avec une hausse significative de leurs revenus d'activité. La régulation des prix conduit à une plus grande accessibilité des médecins concernés, ceux-ci rencontrant un plus grand nombre de pati ents. Les hommes médecins assurent aussi davan- tage de gardes et d'astreintes que ce qu'ils auraient fait s'ils avaient été conventionnés en secteur 2. Lorsque leurs prix sont régulés, le s médecins sont, par ailleurs, m édecins traitants d'un plus grand nombre de patients et perçoivent davantage de rémunérations forfaitaires en plus du paiement à l'acte de leur activité libérale.

Samson A-L., Bellamy V. (2011), Choix du secteur de conventionnement et déterminants des dépassements d'honoraires des médecins, in Direction de la Recherche d. (dir.), Comptes nationaux de la santé - 2010, Paris, Ministère du travail, de l'emploi et de la santé : Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l'Etat, p. 53-86

Communications

Samson A-L., Thébaut C., Dormont B., Fleurbaey M., Luchini S., Schokkaert E., Van de Voorde C. (2014), Using Equivalent Income Concept in Blood Pressure Lowering Drugs Assessment. How Include Inequality Aversion in Cost/Benefit Analysis?, HTAi 2014, Washington, United States

Health equivalent income concept [...]

Duran-Vigneron P., Breuillé M-L., Samson A-L. (2013), Tax competition in a federation: the role of tax assignment, 12th journées Louis-André Gérard-Varet, Aix en Provence, France

The purpose of this paper is to compare different forms of inter-municipal tax cooperation. We use a tax competition model in a two-tier framework, where the two tax bases are interdependently mobile. We consider three different tax regimes: tax-base sharing for the two tax bases, tax harmonization of one tax rate, and a mixed form of the preceding two regimes. In this framework, both horizontal externalities (at the municipal and inter-municipal level) and vertical tax externalities (bottom-up and top-down) occur. We show that cooperation generates an increase of tax burden, whatever the form of tax cooperation, and we provide a comparison of the different tax regimes.

Dormont B., Luchini S., Samson A-L., Schokkaert E., Thébaut C., Van de Voorde C. (2012), Fair Cost-Benefit Evaluation of Health Care: a Case Study of Blood Pressure Lowering Drugs in France, 34ème journée des économistes de la santé français, Reims, FRANCE

Samson A-L., Delattre E. (2011), Stratégies de localisation des médecins généralistes français : mécanismes économiques ou hédonistes ?, 28èmes Journées de Microéconomie appliquée, Sousse, Tunisie

Bellamy V., Samson A-L. (2011), Le secteur optionnel : effet d'aubaine ou outil de régulation des dépassements ?, 33è Journées des Économistes de la Santé Français, Clermont-Ferrand, France

Samson A-L., Dormont B. (2010), Est-il profitable d'être médecin généraliste ? Carrières comparées des médecins généralistes et des cadres supérieurs, 59e Congrès de l'AFSE (Association Française de Science Economique), Nanterre, France

Dans cet article, nous évaluons le positionnement des médecins généralistes en comparant leurs revenus à ceux de salariés situés dans le haut de la hiérarchie salariale : les cadres supérieurs. Les syndicats de médecins évoquent régulièrement la durée des études de médecine, les responsabilités importantes et la durée du travail pour justifier un revenu plus élevé. Les revenus des médecins généralistes sont-ils vraiment insuffisants? Pour répondre à cette question, nous utilisons les données du panel d'omnipraticiens libéraux (CNAMTS) et du panel des déclarations annuelles des données sociales (INSEE), sur la période 1980-2004. Nous comparons la valeur des carrières des médecins et des cadres et mesurons l'avantage relatif à être médecin. Le manque à gagner des médecins en début de carrière, lié à des études plus longues, est-il compensé par leur supplément de revenus au cours de leur carrière? Nous suivons 7 cohortes de médecins et de cadres (une cohorte étant définie par l'année à laquelle l'individu a eu 24 ans), comprises entre 1978 et 1990. Nous montrons que les revenus des médecins ne dépassent ceux des cadres qu'à partir de l'âge de 34 ans. En examinant les différences de revenus cumulés, nous montrons que l'investissent dans les études consenti par les médecins généralistes ne devient rentable qu'à partir de l'âge de 43 ans. Jusqu'à l'âge de 50 ans (âge maximum observé dans nos données), il n'existe pas de différence significative dans la valeur des carrières des médecins et des cadres. Il n'existe donc aucun avantage financier à être médecin généraliste plutôt que cadre.

Dormont B., Samson A-L. (2009), Carrières comparées des médecins et des cadres supérieurs, 26èmes Journées de Microéconomie appliquée, Dijon, France

Dans cet article, nous évaluons le positionnement des médecins généralistes en comparant leurs revenus à ceux de salariés situés dans le haut de la hiérarchie salariale : les cadres supérieurs. Les syndicats de médecins évoquent régulièrement la durée des études de médecine, les responsabilités exercées par le praticien et la durée de son travail pour justi er un revenu plus élevé. Les revenus des médecins généralistes sont-ils vraiment insu¢ sants? Pour répondre à cette question, nous utilisons les données du panel d omnipraticiens libéraux (CNAMTS) et du panel des déclarations annuelles des données sociales (INSEE), sur la période 1984-2004. Nous comparons la valeur des carrières des médecins et des cadres et mesurons l avantage relatif à être médecin. Les études durent plus longtemps pour les médecins et ils débutent leur carrière plus tardivement que les cadres. Le manque à gagner des médecins en début de carrière est-il compensé par leur supplément de revenus au cours de leur carrière? L analyse montre qu il existe un très net avantage nancier à être médecin généraliste et que cet avantage s est accru au cours du temps. Sur l ensemble de leur carrière observée, les médecins des cohortes 1980 à 1985 gagnent, en moyenne, 4% de plus que les cadres; ce chi¤re s élève à 6% pour les médecins des cohortes 1986 à 1992 et à 81% pour les médecins des cohortes 1993 à 2003. L existence d une rente pour les médecins résulte du concours à l entrée des études de médecine. Cette rente a évolué positivement avec les restrictions sur le numerus clausus.

Samson A-L., Dormont B. (2007), Régulation de la démographie médicale et carrières des médecins français : les inégalités entre générations, 56ème congrès annuel de l'AFSE (Association française de science économique), Paris, France

Documents de travail

Coudiny E., Plaz A., Samson A-L. (2014), GPs' response to price regulation: evidence from a nationwide French reform, Working paper LEDa, Paris, Université Paris Dauphine, 37

This paper uses a French reform to evaluate the impacts of price regulation on general practitioners (GP) care provision, fees, and income. This reform has restricted, since 1990, the conditions self-employed GPs have to fulfill to be allowed to over-bill. We exploit 2005 and 2008 Public Health insurance administrative data on GPs activity and fees. We use regression discontinuity techniques in a fuzzy design to estimate causal impacts for GPs who set up practice in 1990 and were constrained to charge regulated prices. Our results suggest that GPs react to income effects. Under price regulation, facing prices lower of 42%, GPs provide 50% of more care than if they could overbill. Male GPs react more than female GPs, which leads to opposite effects on their labor income. GPs are more accessible to patients but may also induce demand. They reduce aside salaried activities, use more lump-sum payment schemes, and occupy more often gate-keeper positions. A complementary analysis at dates closer to the reform suggests that these figures may underestimate the short-term effects of price regulation.

Samson A-L., Dormont B. (2014), Does it pay to be a doctor in France?, Documents de travail du LEGOS, Paris, Université Paris Dauphine, 26

This paper examines whether general practitionersí(GPsí) earnings are high enough to keep this profession attractive. We set up two samples, with longitudinal data relative to GPs and executives. Those two professions have similar abilities but GPs have chosen a longer education. To measure if they get returns that compensate for their higher investment, we study their career proÖles and construct a measure of wealth for each individual that takes into account all earnings accumulated from the age of 24 (including zero income years when they start their career after 24). The stochastic dominance analysis shows that wealth distributions do not differ significantly between male GPs and executives but that GP wealth distribution dominates executive wealth distribution at the first order for women. Hence, while there is no monetary advantage or disadvantage to be a GP for men, it is more profitable for women to be a self-employed GP than a salaried executive.

Samson A-L., Duran-Vigneron P., Breuillé M-L. (2011), To assemble to resemble ? A study of tax disparities among French municipalities, Economics Department Discussion papers series, Exeter, University of Exeter, 31

The purpose of this paper is to analyze the effect of inter-municipal cooperation on local taxation. Municipalities that join/create an inter-municipal jurisdiction choose between three tax regimes, which may induce both horizontal and vertical tax externalities. Using the differences in differences method with a quasi-exhaustive panel for French municipalities over the 1994-2010 period, we show a positive causal effect of cooperation on the level of cumulative tax rates (i.e. the sum of municipal and inter-municipal tax rates). Moreover, we show that cooperation leads to a convergence of tax rates within an inter-municipal structure, which thus reduces tax disparities among municipalities.

Samson A-L., Dormont B. (2011), Are GPs paid enough in France ?, Document de travail du LEDa-LEGOS, Paris, université Paris Dauphine, 10

Nous comparons la valeur actualisée des revenus cumulés des médecins généralistes et des cadres supérieurs sur les données individuelles, pour la période 1980-2004, du panel d'omnipraticiens libéraux (Cnamts) et du panel des Déclarations Annuelles des Données Sociales (Insee). Nous trouvons que les médecins généralistes libéraux ont des revenus cumulés de même niveau que ceux des cadres supérieurs du privé. Ce résultat est obtenu en sélectionnant le haut de la hiérarchie des cadres supérieurs, en tenant compte de la durée spécifique des études médicales et en comparant pour les deux professions la valeur actualisée des flux de revenus nets cumulés entre 24 et 50 ans. Il est maintenu si l'on simule les carrières jusqu'à l'âge de 60 ans.

Using a representative panel of French GPs and a representative panel of French top executives observed both between 1980 and 2004, we compare the discounted value of cumulated earnings of GPs and top executives over their career. We take into account that GPs begin their career later than top executives, given the length of their studies. We find no monetary advantage to be a GP: there is no significant difference between the discounted cumulated earnings of GPs and top executives between 24 and 50 years old. This result is maintained when we simulate the careers until the age of 60.

Samson A-L. (2008), Médecins généralistes à faibles revenus : une préférence pour le loisir ?, EconomiX Working Papers, Nanterre, Université Paris Ouest, 52

Dormont B., Samson A-L. (2007), Intergenerational inequalities in GPs' earnings: experience, time and cohort effects, Institute of Health Economics and Management (IEMS), Working Papers, Lausanne, University of Lausanne, 26

This paper analyses the regulation of ambulatory care and its impact on physicians'careers, using a representative panel of 6; 016 French self-employed GPs over the years 1983 to 2004. The beginning of their activity is influenced by the regulated number of places in medical schools, named in France numerus clausus. We show that the policies aimed at manipulating the numerus clausus strongly affect physiciansípermanent level of earnings. Our empirical approach allows us to identify experience, time and cohort effects in GPs'earnings. The estimated cohort e§ect is very large, revealing that intergenerational inequalities due to fluctuations in the numerus clausus are not negligible. GPs beginning during the eighties have the lowest permanent earnings : they faced the consequences of an unlimited number of places in medical schools in the context of a high density due to the baby-boom numerous cohorts. Conversely, the decrease in the numerus clausus led to an increase in permanent earnings of GPs who began their practice in the mid nineties. Overall, the estimated gap in earnings between "good" and "bad" cohorts may reach 25%. We performed a more thorough analysis of the earnings distribution to examine whether individual unobserved heterogeneity could compensate for average differences between cohorts. Our results about stochastic dominance between earnings distributions by cohort show that it is not the case.

Retour à la liste